A la découverte de la marque « DM » un model à la congolaise de l’artiste créateur David Mugisho

0
104

Malgré leur talent avéré, des nombreux artistes décorateurs, graphistes, dessinateurs, créateurs de mode et autres vivent dans des situations quasi précaires ou du moins leurs œuvres ne sont pas achetées par le public local, le poussant parfois à vivre difficilement de leurs œuvres de l’esprit. C’est dans ce cadre votre magazine s’est entretenu avec l’artiste créateur décorateur David Mugisho un jeune aux talent hors du commun qui séduit le public par la qualité des ses œuvres.

Très jeune et d’un talent hors du commun, David Mugisho est un artiste congolais qui vit et travaille en République Démocratique du Congo.

Lié par ses obsessions les plus introvertie Mugisho va toujours au delà des ses pensés, les plus profondes en y intégrant bon nombres des prérogatives qui entourent son univers.

Ce jeune congolais toujours en quête des nouvelles œuvres et sensations ne cesse de dévoiler le public de ses créations d’une beauté inimaginable.

« C’est qui est vraie, mes œuvres sont d’une qualité standard et ça parle d’elle-même. Comme artiste depuis mon enfance j’en rêvais toujours. En plus, j’avais reçu une formation spécifique au Zimbabwe pendant plusieurs années, ce qui m’a permis d’acquérir une connaissance approfondie dans le domaine artistique; néanmoins comme tout patriote, je suis revenu au pays dans le cadre de donner ma cote part pour la construction de la nation, par une production des œuvres des qualités et une formation pour tout ceux qui le désirent car vouloir garder pour moi-même tous ce dont j’ai comme acquis serait une irresponsabilité et un manque de patriotisme.en bref l’art pour moi c’est tout ,car c’est grâce a mon travail que j’ai tout ce que  je possède », renseigne David Mugisho.

A première vue pour tisser ces nattes, David Mugisho n’a besoin que des aiguilles, des fils à coudre et des sacs ménagers ainsi que de bâche pour faire ce travail très mirobolant.

Comme chaque rose ne manque pas des épines, David Mugisho déplorent certains obstacles lies à sa profession entres autres la faible consommation des œuvres d’arts et une taxation des services de l’ état même pour nous les ambulants et cette situation étouffent ainsi les initiatives locales :

« ce que je trouve paradoxal, c’est le comportement de certains services d’assiettes, autrement dit, les agents de l’état qui m’exigent de payer des taxes de productions en me considérant comme une entreprise, pourtant je ne suis qu’un citoyen lambda, qui n’a pas d’adresse fixe et qui vit au taux du jours, mais également la population préfère à se procurer les mêmes nattes et tapis dans le magasin que celui dont je fabrique car ils observent comment je le fabrique. D’où j’interpelle cette dernières de s’approprier nos œuvres pour l’émergence des tous nos talents », ajoute David.

En dépit de tous les obstacles précités, l’artiste David Mugisho affiche un optimisme contagieux sur les potentialités des jeunes artistes congolais qui sont disséminer à travers la province et la République :

« j’ai été récemment dans le premier Festival International de l’Art et de la Créativité (FIAC) où j’ai découvert des jeunes très talentueux avec des œuvres atypiques, qui m’ont inspiré et m’ont fait découvrir des talents dont je ne pourrais jamais imaginer rencontrer à Bukavu », indique Mugisho.

C’est pourquoi l’artiste David Mugisho demande aux autorités compétentes d’encourager les activités susceptibles de promouvoir les artistes par une série des mesures notamment la popularisation des leurs œuvres à travers de festival et non pas que ça soit exclusivement réservé à des touristes ou des connaisseurs.

Par Fulgence RUKATA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here