RDC/Elections : « Rien n’interdit l’usage de la machine à voter », Norbert Kantintima !

0
990

A la veille de la tenue des élections présidentielle, législatives et provinciales du 23 décembre en RDC, des critiques fusent de partout quant à l’utilisation de la machine à voter. En réaction, le vice président de la commission électorale nationale indépendante(CENI), rassure l’opinion lors de la présentation du rapport des experts britannique sur la machine à voter, que la machine à voter sera utilisée en vue de contourner les critiques de 2011 et d’organiser les élections libres, démocratiques et transparentes.

Selon, la Radio France Internationale(RFI), des experts de l’organisation britannique Westminster Foundation for Democraty ont été missionnés à la demande de la Commission électorale pour analyser la machine à voter et formuler des recommandations pour l’aboutissement radieux  du processus électoral en RDC.

A en croire  ces experts, l’évaluation de la machine à voter n’est pas exhaustive puisqu’ils n’ont pas eu la possibilité de réaliser un audit et une certification du logiciel et du matériel. L’étude s’est donc limitée aux fonctionnalités de cette machine et aux caractéristiques du matériel et du logiciel telles qu’exposées par la CENI.

A cet effet, quinze recommandations ont  été faites pour, « atténuer les risques dont l’impact et la probabilité sont les plus élevés ». Les experts recommandent par exemple que soient désactivés les communications externes, carte SIM et wifi, jusqu’au moment où ceux-ci seront nécessaires. Ils proposent aussi que le nombre maximum des bulletins de vote par machine soit limité à 660 pour « empêcher un excès de votes ».

Evoquant le rejet des calendriers, différentes contestations  et le manque de consensus qui ont caractérisé cycle électoral congolais depuis 2011, Norbert Bashengezi Kantintima, vice président de la centrale électorale, regrette le fait le processus actuel risque de tomber dans la même situation que le cycle électoral passé : « C’est ici le lieu de rappeler que la CENI avait pourtant utilisé pour ces élections les bulletins journal aujourd’hui réclamés par la classe politique qui les accusaient hier d’avoir favorisé des fraudes et irrégularités. »

En ce qui concerne la machine à voter, en se basant sur l’article 47 de la loi électoral et l’accord de la saint sylvestre,   Kantintima rassure que rien n’interdit l’usage de cette dernière .Vue la nécessite de la réduction du cout et de la fraude  lors des élections en RDC

« Ceci constitue une réponse à ceux-là qui discutent sur les bases légales de la Machine à voter et l’importation des bulletins. En effet, dans l’arsenal juridique électoral congolais il n’existe aucune interdiction relativement à l’utilisation de la machine à voter. Or, il est de principe que ce qui n’est pas interdit est permis. Bien plus, toutes les dispositions pratiques en matière électorale ne sont pas uniquement dans la loi.  A titre d’exemple, la présence du stylo ou de l’encre indélébile dans un Bureau de vote ne sont prévus par aucun article de la loi électorale » indique-t-il

En somme, la CENI compte utiliser 106 000 machines et réparties dans environ 80 000 bureaux de vote sur toute l’étendue de la RDC pour les élections présidentielle et législatives nationale et provinciale

Par LONI Irenge Joe

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here