RDC/Elections : L’opposition face à l’irréversibilité de l’usage de la machine à voter !

0
773

Après la rencontre du mercredi 10 octobre entre la CENI et les 21 candidats au scrutin présidentiel du 23 Décembre 2018, l’utilisation de la Machine à Voter pour les prochaines élections s’avère de plus en plus irréversible. Le bateau transportant le premier lot devrait accoster, en principe, depuis le mardi 30 Octobre au port de Mombasa au Kenya. Et un autre ayant à son bord une cargaison de 13 586 machines, accostera au même port le 7 Novembre.

Au cours de la manifestation retransmis en direct sur la Radio Télévision Nationale Congolaise lors de la remises des engins  électoraux à la Ceni, Corneille Nanga a souligné : «  la totalité des machines à voter attendues au port de Matadi ont été réceptionnées. Soit 40 144 machines à voter pour desservir neuf provinces ».

A la même occasion, le numéro Un de la CENI a renseigné que 8838 autres machines à voter sont entendues ce samedi 3 Novembre au port de Dar-Es-Salam.

«  Sur le 44 699 machines à voter entendues au port de Dar-Es-Salam, 35 861 y sont déjà arrivées. A ajouté  Corneille Nangaa ».

Par ailleurs le conclave de l’opposition qui va se tenir avant le 15 Novembre pour peut être designer le candidat commun de l’opposition pourrait donner raison à l’UDPS  qui a pris l’option d’aller aux élections avec ou sans machine à voter.

Pour Félix Tshisekedi, candidat président, le vrai problème, à son avis relève plutôt d’une divergence des vues sur une stratégie. Tout en regrettant les messages d’attaques personnelles en son égard.

« Revenons très vite à la raison, calmons nos ardeurs et réfléchissons sur ce quoi est prioritaire », a twitté Félix.

Par contre, sur  invitation de l’assemblée Nationale qui a pris en compte la recommandation formulée par le député Henri-Thomas Lokondo,  la chambre basse du parlement invite Nangaa et attend un rapport sur le processus électoral.

Pour cet élu du peuple : «  le président de la CENI  est allé partout pour parlé de l’évolution des activités de cette institution d’appuis à la démocratie… sauf à l’assemblée nationale qui l’avait investi et à la quelle il est censé rendre compte ».

Tous ces éléments mis ensemble, pousse plus d’un observateurs à penser que la tenu des scrutins du 23 Décembre pourrait se passer avec la machine à voter et l’opposition congolaise devrait plutôt réfléchir sur comment déployer ses experts observateurs et/ou témoins dans tous les bureaux et centre de vote afin de surveiller comment se passe les dites élections.

Par Isaac Musharhamina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here