Me Justin Bahirwe : « Nous attendons l’effectivité de la promesse du président Felix de fermer le cachot de fortune de l’ANR »

1
1080

Aprés son accession à la magistrature suppême en République Démocratique du Congo, le président Félix Tshisekedi est déterminé à tenir ses promesses de campagne coûte que coûte. Et en marge de sa récente visite de travail à Windhoek en Namibie, il a affirmé avoir donné des instructions de fermer tous les cachots de l’ANR (Agence Nationale de Renseignement), et que l’on ne puisse pas retenir des gens à cause de leurs opinion politique. C’est dans ce cadre que Me Justin Bahirwe Mutabunga, avocat au barreau de Bukavu, Coordonnateur de l’asbl S.O.S IJM (Information Juridique et Multisectorielle), et observateur permanent au conseil de droits de nations unies, interpelle le président Félix sur l’effectivité de cette promesse, surtout que la RDC est membre du conseil de droits de l’homme de l’0NU et tous les indicateurs sont aux rouges quant à l’humanisation des conditions carcérales.  

Il n’est un secret pour personne que le renseignement est important pour un État et chaque citoyen en principe devrait en principe avoir une fiche de renseignement à la moindre activité subversive ou pas; toutefois une fiche de renseignement n’est pas forcement établie à des fins de répressions,et le tout suivant des critères démocratique respectant les règles de l’état de droit et conformément aux dispositions de la constitution congolaise.

Pour  Me Justin Bahirwe, conformément au décret loi numero 003-2003 du 11janvier 2003, portant création et organisation de l’ANR, lui octroi plusieurs attributions dont voici quelques unes :
«la recherche, la centralisation, l’interprétation, l’exploitation et la diffusion des renseignements, politique, stratégique, économiques…et autres portant atteintes à la sureté interne de l’État; la recherche et la constatation dans le respect de la loi des infractions contre la sureté de l’etat… » .

Par ailleurs avec les différentes crise institutionnelle à répétition qu’a connu la RDC depuis son accession à l’indépendance jusqu’au dernier régime du président Kabila; l’ANR plutôt que d’anticiper sur les nombreuses menaces qui pèsent sur la sécurité et l’intégrité du territoire sous toutes ses angles, s’est malheureusement transformée en une police politique au service du président en fonction et s’illustrant généralement par la répression aux fins purement politiques des journalistes, défenseurs de droits de l’homme, mouvement associatifs hostiles au régime et le tout en dehors de cadre légal nationale et en violation des règles d’un État de droit et de tous les instruments juridiques internationales.

 

C’est pourquoi Me Justin Bahirwe interpelle le président Felix Tshisekedi de tenir sa promesse avec effet immédiat, car il en est de la dignité de la personne humaine :

«   je voulais lui rappeler que, c’est une promesse qui lui tient jusqu’au bout de son mandat , car tout le monde attend comment il va se comporter, surtout que la RDC sera évaluée au conseil de droit de l’homme de Nations Unies en Mai prochain et ça s’appelle examen périodique universelle; et parmi les matières qui seront à l’ordre du jour, il y aura la question de l’humanisation de conditions carcérales surtout que les conditions carcérales sont catastrophiques avec les prisons congolaises : manques de nourritures et médicament; évasion dans la capitale Kinshasa et dans d’autres provinces. Je suis de la société civile et je suis congolais, j’aspire au changement comme tout le monde et je ne voudrais pas se retrouver au conseil de droit de l’homme entrain de décrier en défaveur de mon mon pays »a-t-il souligné

PAR FULGENCE RUKATA.

1 COMMENTAIRE

  1. Les congolais sont tellement efreines de voir un changement meme avant le décollage du nouveau pouvoir,
    tellement la misere a été grande le désespoir ayant règne dans le rang des peuples , Dieu a souffle un nouveau vent ramenant ne lueur d’espoir malheureusement manifestement sans patience.
    Pourtant qui patiente récolte des fruits mures.
    Je rappelle que la réussite n’est pas en sens unique cad ce que les gouvernants seuls doivent faire mais aussi nous devrions savoir ce que les gouvernes ont a faire afin de contribuer tous au développement de notre pays.
    Chers compatriotes voter un homme ou une femme n’est pas hypothéquer ou vendre le pays a lui, c’est simplement lui faire une responsabilité de te servir toi qui l’a vote et par ricochet lui faire une parcelle de pouvoir. Nous devrions savoir cadrer le language afin de nous priver de certains mal entendus. Et c’est cela qui fait que certains de nos chefs pensent devenir des Dieux le père au lieu de se sentir serviteurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here