APSME/SUD-KIVU: « La réussite totale de la santé de la reproduction(SR) passe par une sensibilisation de toute la communauté ».

0
1150

Au cours des dernières décennies, les perspectives de la recherche sociale et démographique  concernant la reproduction, la sexualité et la santé ont changée au fur et à mesure qu’elles intégraient les questions d’inégalités de genre et inégalités sociales  ainsi qu’un vaste ensemble des questions cruciales en lien avec la santé de la reproduction. C’est dans ce cadre que votre magazine s’est entretenu avec Olivier Majilio superviseur clinicien au sein de l’ONG de droit congolais, Action pour la Promotion de la Santé de la Mère et de l’Enfant(APSME), qui nous parle du concept santé, de  la reproduction et ses bienfaits sur l’ensemble de la communauté.

En règle générale, une politique de santé a pour but d’assurer la population un état de santé permettant à tous les citoyens de mener socialement et économiquement une vie productive. Durant les deux dernières décennies,en RDC en général et dans la province du Sud-Kivu en particulier,on a assisté à une évolution croissante du concept de santé de la reproduction.

C’est ainsi que dans le souci d’assurer à toute la population la meilleur couverture possible,dans ce domaine le gouvernement congolais  ne cesse de réaffirmé son engagement aux éléments des principales rencontres et conclusions tant internationales, régionales et nationales à travers le ministère de la santé et ses différents partenaires tant nationaux et internationaux.

Pour Olivier Majilio,superviseur clinicien des agents psycho-sociaux au sein de l’organisation non gouvernemental (APSME),par la santé de reproduction,on entend le bien-être général tant physique,mental que social de la personne humaine pour tout ce qui concerne l’appareil génital ses  fonctions et son fonctionnement et non pas seulement  l’absence des maladies ou d’infirmités.

En plus selon toujours notre  source, la santé de la reproduction(SR) prend en compte d’une part, la santé de la femme, de l’enfant, des jeunes,de l’homme et d’autre part la planification familial, la communication pour un changement de comportement,l’approche genre,le plaidoyer, les pratiques néfastes,les IST,la promotion propice d’un environnement physique,politique,social et économique…

En somme pour Olivier Majilio,pour que la santé de reproduction atteigne son objectif,la population doit s’approprier les programmes du (SR) afin d’améliorer l’acceptabilité des services par les utilisateurs grâce à une implication effective des représentants de toute la communauté,dans un rôle de relais pour la promotion sanitaire, des autorités administratives à tous les échelons dans le processus de mise en œuvre des programmes de la (SR)destiné aux membres de toute la communauté.

Par Fulgence RUKATA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here