Sud-Kivu: « La fondation Olive Mudekereza, SIMAMA Grands Lacs, AVEC et MUSSO » édifient la population sur les questions de développement.

0
1141

L’économie de la production joué un rôle crucial dans le développement de toute une nation; cependant pour arriver à cette étape; plusieurs questions préalables méritent d’être aplanies  par le pouvoir public afin de permettre la population d’être productif. Dans ce cadre, le Forum régional de la jeunesse SIMAMA Grands Lacs en collaboration avec la Fondation MUDEKEREZA et les organisations des femmes Leaders AVEC et MUSSO se sont réunis pour affronter la question de relance économique de la province du Sud-Kivu dans une conférence débat, avec comme thème : « sur le défi de la production intérieur; le déséquilibre dans l’importation et l’exportation; l’agro business; l’entrepreneuriat de jeunes; de l’investissement public et privé; et plaidoyer de relance économique au gouvernement national actuel pour le compte de la province du Sud-Kivu ».

Pour l’orateur du jour, le député national Olive Mudekereza, élu dans la circonscription électorale de Walungu, cette rencontre avec les associations villageoise d’épargne et de crédit (AVEC), les mutuelle de solidarité (MUSO) et les jeunes entrepreneurs et différentes personnalités  avait pour objectif de savoir que faut-il faire pour relancer les activités de jeunes et comment faire pour qu’ils obtiennent les moyens financier.

« J’ai dit aux jeunes entrepreneurs, qu’il faut avoir le goût d’entreprendre et prendre des risques, produire car on ne peut pas vivre sans production et nous avons parlé sur l’avenir de la RDC. Vous savez que dans deux  ,cinq ou dix ans avec la zone de libre échange (ZLEC), ce marché unique d’Afrique; chez nous en RDC on risque de n’être pas avantageux, car on ne produit rien et nous risquons un jour de consommer des haricots qui viennent du Cameroun ou de patate douce de l’Ouganda pourtant c’est nous qui avons beaucoup de terres arables avec une jeunesse en grand nombre; c’est pourquoi j’encourage le jeunes dans l’entrepreneuriat » a-t-il affirmé.

Sammy Matabaro, coordonnateur du forum de jeunes « Simama Grands Lacs », intervenant lors de la conférence débat

Par ailleurs plusieurs jeunes  ont soulevé l’épineuse question de financement pour entreprendre ou pour booster l’activité de ceux qui se sont déjà lancés dans l’entrepreuneuriat, le député Olive renseigne que les moyens ne manquent pas mais il suffit seulement d’avoir la volonté politique de la part de gouvernant.

« Si une fois on prélevait, 0,001centimes par communication dans une année sur 25millions d’abonnés de différentes maison de communications, on peut réunir 50 millions et donner de crédit aux jeunes ou encore si on réunissait le 100fc perçu à la frontière pour la photocopieuse…grâce à ces moyens on peut réunir de fortes sommes et accorder le crédit aux jeunes et aux femmes de mutuel de développement » a-t-il renchérit.

Cependant, l’élu de la province du Sud-Kivu interpelle les jeunes entrepreneurs et les associations des femmes pour le développement de s’organiser en groupe solidaire pour aspirer à un quelconque financement.

« Si demain le gouvernement mobilisais un fond pour donner un crédit aux jeunes et aux femmes, qui on va contacter ; d’où la nécessité de créer un regroupement de jeunes entrepreneur et des associations des femmes pour le développement avec un statut juridique, afin de convaincre le bailleur de fonds qu’il soit étatique ou non étatique » a-t-il conclut.

Par Fulgence Rukata

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here