Sud-Kivu : 324 cas d’accusations sorcières documentés par AFEM en quatre mois

0
167

L’association des femmes des médias recommande au gouvernement la fermeture des chambres de prière et des maisons d’invocation qui versent dans les accusations de sorcellerie. Ceci après avoir répertorié, de juin en septembre 2021,  324 cas d’accusations sorcières à Walungu, Kalehe, Luvungi, Sange et dans la ville de Bukavu.  

Ce bilan a été présenté ce vendredi 01 octobre 2021 lors d’une conférence de presse tenue à l’INPP par l’association des femmes des médias, AFEM en sigle.

A en croire Julienne Baseke, coordinatrice de l’AFEM, hormis les 324 cas d’accusations sorcières, pendant la même période l’AFEM a aussi documenté 196 cas des violences domestiques et 27 cas des violences sexuelles dans les cinq entités susmentionnées.

« De ce qui précède, la constitution de la RDC accorde tous les droits humains et politiques à la femme comme à l’homme. Cependant, la femme reste victime de toute sorte de violences au sein de la communauté et, sur le plan social, elle est assujettie à diverses contraintes d’ordre culturel (…). Ces mentalités et pratiques culturelles influent sur le statut de la femme et sur le complexe de supériorité de l’homme envers elle au sein de la société », ajoute-t-elle.

Contexte

La paix et la sécurité des femmes étant un thème transversal dans la prévention, la promotion et la défense des droits humains, les médias sont appelés à éduquer et sensibiliser sur les droits des femmes, recueillir, relayer et diffuser les voix des femmes, dénoncer les violations des droits des femmes, interpeller, alerter et faire pression sur les politiques pour le respect et l’application des droits des femmes à travers genres et formats médias.

C’est dans ce cadre que AFEM met à la disposition des médias des informations sur les cas d’incidents des violences sexuelles et basées sur le genre dont sont victimes les femmes et les filles de Walungu, Kalehe, Luvungi, ainsi que la ville de Bukavu, selon les données par les femmes à la base.

A signaler que depuis l’année 2020, AFEM est appuyée par la coopération internationale Allemande pour le développement GIZ, pour récolter les données de monitoring de la sécurité des femmes, à travers le projet dénommé « La radio au service de droits et du leadership des femmes pour la paix et la sécurité », exécuté à Walungu, Kalehe, Luvungi, Sange et dans la ville de Bukavu.

Par Tecla Kahirho

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here