Régime Tshisekedi : Ainsi les désirs de Kabund deviennent la volonté du Président !

0
445

C’est depuis la mort du Sphinx de Limeté (Etienne Tshisekedi Wa Mulumba), que Jean Marc Kabund-A-Kabund devient la bouche autorisée qui exprime la voix officielle du parti UDPS très connu pour avoir milité plus de 30 ans dans l’opposition en RDC.

Il fait tout pour que Felix, le fils de Tshisekedi prenne le pouvoir du parti, alors qu’il était jusque-là son supérieur hiérarchique comme Secrétaire General du Parti et que le fils d’Etienne Tshisekedi occupait le poste de Secrétaire National en charge de relations extérieures.

Kabund arrange tout pour le fils à Papa, qui le reconduit à son tour au poste du Secrétaire General du Parti et lui-même devient président.

L’UDPS se prépare aux élections de 2018 :

Pour Felix Tshisekedi, il faut une union sacrée de l’opposition dans son ensemble et il entama des consultations avec Moïse Katumbi, Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Jean Pierre Bemba et Adolphe Muzito. Felix était prêt à céder pour un autre, mais Jean Marc Kabund son Secrétaire General ne voyait pas les choses sur cet angle. Pour lui l’UDPS ne devait pas céder la place à ceux qui sont venus dans l’opposition après lui, alors que ce parti a fait plus de 30 ans de lutte, il fallait que les autres acceptent de s’aligner derrière son ticket-présidentiel.

Les pourparlers de Genève se tiennent en Novembre, un mois avant la tenue des élections :

Felix Tshisekedi participe avec les autres pour désigner un candidat commun de l’opposition, mais à Kinshasa, l’UDPS n’attend que sa désignation ! Comme à la grande surprise c’est Martin Fayulu qui est désigné. Felix déclare aux micros des journalistes présents que c’est la démocratie qui désigne Fayulu et qu’il le soutien car c’est lui (Fayulu) le candidat du changement.

Le même soir son Secrétaire Général répond à nos confrères de RFI et refuse cette désignation et donne à son président 24heures pour retirer sa signature.

Le Premier désir exprimé publiquement de Kabund devient la volonté du Président

Felix retira sa signature pour s’aligner à la volonté de sa base, selon lui et Vital Kamerhe le suit dans ce schéma, les deux coalisent sous la plate-forme électoral CAP POUR LE CHANGEMENT.

Ils remportent l’élection présidentielle.

Une fois au pouvoir, Felix désigne Kabund comme Président intérimaire de son parti UDPS, lui étant devenu président de la République son mandat est incompatible avec la présidence de son parti politique.

Le Programme 100 jours du Président de la République arrive !

Jean Marc Kabund qui était déjà devenu député national, ne sera pas dans son exécution, il occupe une plus haute fonction de 1ier Vice-Président de l’Assemblée Nationale (chambre des députés au parlement).

Mais il veut quand même savoir ce qui se passe de ce côté-là ! Et il organisera une visite d’inspection sur terrain aux différents chantiers notamment ceux de sauts de moutons à Kinshasa, et il déclarera que l’argent décaissé pour ces travaux a été détourné. Il est le premier à le dire publiquement, en suite il convoque un conclave de son parti UDPS, où lui et d’autres cadres, demandent au Président de la République, la rupture de la coalition avec le FCC de Joseph Kabila et l’UNC de Vital Kamerhe.

Le président hésite à le faire, mais il demanda que les enquêtes soient menées pour découvrir le blocage des travaux et c’est ainsi que les arrestations ont commencés, d’abord les prestataires sous contrat avec l’Etat congolais, puis jusqu’à l’interpellation de Vital Kamerhe Directeur de cabinet du Chef de l’Etat. Surprise !

Kabund entre en conflit avec des parlementaires dont il ne partage pas les mêmes idéo malgré la coalition :

Il est destitué de son poste du 1ier Vice-Président, sur son compte twitter, il déclare partir tête haute, mais dans un communiqué de son parti, il s’oppose à son remplacement et se donne le droit de recourir à la justice pour le remettre dans ses droits.

La cours de cassation, déclare sa requête fondée et recevable, le Ministre de l’intérieur (issu de son parti UDPS) avec le Procureur General de la République, donna l’ordre aux députés de ne pas se réunir pour voter le remplaçant de Kabund en attendant que la cour constitutionnelle se prononce sur sa requête.

La Police bloque les parlementaires et la séance du vote de son remplaçant n’aie pas eu lieu, or ce poste revient au parti UDPS qui selon plusieurs sources avait déjà désigné son remplaçant, sous la conduite du Président de la République Felix Tshisekedi.

Cette fois le désire de Jean-Marc Kabund doit faire face au FCC, majoritaire au parlement, son maintien au poste du 1er Vice-Président de l’assemblée Nationale ne dépend pas que du pouvoir du Président de la République mais de tous les députés nationaux, peu importe la décision de la cour constitution, c’est une démarche dilatoire ! Le dernier mot revient aux députés majoritaires.

Quel sera le désir suivant d’Un Kabund éjecté de sa première haute fonction du pays à occuper ?

La rupture avec le FCC ? c.à.d. il faut dissoudre le parlement, créer des crises institutionnelles et bref le chaos. Le Chef de l’Etat va-t-il faire de cet autre désir, sa volonté ?

C’est le pur que plusieurs observateurs craignent. Une crise politique combinée à une crise sanitaire et économique, va plonger la RDC au plus bas de son niveau de misère !

Ou peut-être c’est le FCC qui va faire du désir de Kabund sa volonté ?! C’est presqu’impossible mais ce n’est pas exclu si Joseph Kabila le voit dans le sens de l’apaisement pour une bonne cohésion politique nationale.

Mais jusqu’où la nation entière à travers le président de la République, va obtempérer aux désirs du Tout-Petit Puissant président Intérimaire de l’UPDS, L’honorable Jean Marc Kabund ? C’est lui qui donne désormais la marche à suivre au pays ?

Wait and see.

Par Christian Joseph Musenge

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here