RDC : Modernisation du tronçon Kalundu-Luberizi, les études de faisabilité avancent normalement

0
832
Secrétaire Exécutif de l'AFTTCC, Capitaine Dieudonné DUKUNDANE

Après la signature du contrat, le 5 Juin 2019 entre la firme Internationale des  Ingénieurs et Technocrates Consultants et l’Agence de Facilitation de Transport de Transit du Corridor Central « AFTTCC », en présence de Théo Ngwabidje Kasi, gouverneur de la province du Sud-Kivu, les études de faisabilité pour la modernisation de la route nationale numéro 5 (Kalundu jusqu’à Luberizi) avancent normalement, et constituent un ouf de soulagement pour les usagers. Ces études sont financées à hauteur de 855 000 dollars, grâce à la Banque Africaine de développement « BAD », l’Agence de l’Union Africaine pour le Développement « AUDA », et l’Agence de Facilitation de Transport de Transit du Corridor Central « AFTTCC ».

Ce projet vise l’amélioration des infrastructures des transports et des commerces dans les pays membres de L’AFTTCC, et couvre pour le premier lot,  le tronçon de 50 kilomètres allant du port de Kalundu jusqu’à Luberizi dans la plaine de la Ruzizi, ville  d’Uvira, province du sud Kivu à l’est de la République Démocratique du Congo.

Conduite par son Secrétaire Exécutif, Capitaine Dieudonné DUKUNDANE, une délégation de L’AFTTCC a effectué une visite d’évaluation de l’avancement des études de faisabilité encours au mois d’octobre dernier.

21/10/2019, une délégation de L’AFTTCC conduite par son Secrétaire Exécutif, Capitaine Dieudonné DUKUNDANE

Pour lui, la raison de la visite est de se rendre compte de l’Etat d’avancement des études de faisabilité de ce tronçon  juste cinq mois après la signature du contrat entre la firme Internationale des  Ingénieurs et Technocrates Consultants et l’Agence de Facilitation de Transport de Transit du Corridor Central « AFTTCC »

« L’objet de notre descente c’est de nous rendre compte de l’état d’avancement de leur travail, parce que comme vous le savez, avec les 50 Kilomètres, ça ne sera pas le bout de notre chemin, de notre trajet, on a encore plus de 80 kilomètres à fairne de Luberizi vers Bukavu. Et pour donner encore de l’appétit à ce qui se sont joint à nous pour financer les études, c’est mieux qu’on leur parle de l’état  d’avancement du premier travail qu’ils ont déjà financé », précise le Capitaine Dieudonné DUKUNDANE à Echos de l’Evangile Magazine.

De son coté, le maire de la ville d’Uvira Kiza Muhato indique que,  ce projet sera bénéfique pour la population d’Uvira, car il permettra d’améliorer les conditions de déplacement des usagers et de rendre plus grandes les perspectives de développement du commerce

« L’impact sera tellement positif. Quand il y a déjà une bonne route, on aura des véhicules qui viendront de l’Ouganda, des véhicules qui viendrons avec des marchandises de la Zambie, nous aurons un grand monde qui va s’abattre  sur la ville, et nous, nous aurons occasion de faire payer, de percevoir de revenus par les taxes »

Pour sa part, la population riveraine de la Route Nationale Numéro 5 et multinationale se dit satisfaite de premières informations, tout en attendant la matérialisation du projet, et surtout la modernisation proprement dite de cette route.

« Nous avons besoin que cette route soit réhabilitée, parce que ça va faire la connexion avec  les routes de dessertes agricoles. Si nous avons la route nationale numéro 5 connectée aux routes de dessertes agricoles, nos produits agricoles qui viendront de moyen et haut plateaux vont être écoulés soit  vers Bukavu. Un marchand peut quitter ici (Uvira) facilement et atteindre Bukavu, atteindre Baraka et il revient le soir  et passe nuit dans sa propre maison », indique André Byadunia, coordonnateur de la société civile d’Uvira.

D’importance capitale, la modernisation de cette route va redonner la valeur au port de Kalundu et va faciliter le trafic en toute sécurité des clients et de leurs marchandises, Car elle relie la province du Sud Kivu à celles  de Tanganyika, du Maniema et du Nord Kivu toujours en RDC. Elle ouvre cependant, la RDC au Burundi à travers la Frontière de Kanvinvira, au Rwanda par la frontière de Kamanyola.

Il sied de rappeler que,  comme deuxième port international de la RDC, le port de Kalundu connecte cette dernière à 3 ports internationaux dont le port de Bujumbura au Burundi, le port de Mpulungu en Zambie et le port de Kigoma et Dar Es Salaam en Tanzanie. Ce projet de sa modernisation qui coûte 855 000 dollars facilitera ainsi, le transport des personnes et des biens en import comme en export, tout en impactant sur le développement intégré des populations et les flux commerciaux dans les pays de la sous-région avec comme épicentre le port de Dar es Salaam en Tanzanie.

Par MWEMA Joseph

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here