RDC : Kamerhe évoque Tshisekedi quel serait la suite du scénario ?!

0
1166

Rien n’est impossible en politique, parfois une goutte d’eau peut renverser la vase ! Dans le climat politique actuel de la RDC, avec une coalition inenvisageable qui a vu le jour à l’issue des élections de 2018, il était donc évident que des dissensions entre partenaires politiques surgissent durant l’exercice de leur mandat de 5 ans accordé par le souverain primaire.

  • Le camp du Leader de l’Union pour la Nation Congolaise dénonce un complot :

Avant la tenue de l’audience qui a invité leur leader Vital Kamerhe, des communiqués se sont succédé pour dénoncer d’après eux l’acharnement et le complot visant tacitement à mettre fin à l’accord de Nairobi qui a mis en place une alliance entre UDPS et ses alliés à UNC et ses alliés. Dont selon cet accord, le candidat Président de la République aux élections Présidentielles de 2023 devrait être Vital Kamerhe après le tour de Félix Tshisekedi.

Jean Marc Kabund le président intérimaire de l’UDPS avait bien avant sollicité une rupture de cette coalition avec l’UNC de Vital Kamerhe et le FCC de Joseph Kabila, ce qui n’a pas été suivi directement par Félix Tshisekedi, qui a continué à démontrer son attachement à cette coalition.

  • UDPS l’allié de l’UNC, se réjouit :

Pendant que les choses ont évolués, le Procureur Général de la République a ouvert une série d’enquêtes judiciaires sur les détournements des fonds liés à l’exécution des projets et travaux des 100 jours d’urgence du Président de la République depuis sa prise de fonction, dont on soupçonnait des détournements des fonds suites au retard d’exécution de ces travaux, notamment « les sauts de moutons à Kinshasa et les logements sociaux. »

Vital Kamerhe a tout de suite commencé à être cité par des militants de l’UDPS comme celui qui aurait détourné ces fonds alloués aux travaux de 100 jours du président de la République, d’autres déclarations des militants UDPS ont continué dans le sens de vouloir à tout prix mettre fin à leur partenariat avec l’UNC.

Le jour de l’audience, ce mercredi 08 avril 2020, avant même que Kamerhe se rende au parquet de Matete pour répondre à son invitation, dans les rangs de l’UDPS on annonçait déjà son arrestation immédiate !

  • La Présidence sans Réaction Officielle :

Alors que Vital Kamerhe reste toujours directeur de cabinet du président de la République, du côté de la présidence de la République on note un silence ! Aucune réaction officielle à part une vidéo, qui a été publiée le matin du 9 avril demandant qu’on réécoute le procureur Général de la République après sa nomination. Vidéo dans laquelle ce dernier dit que sa nomination est un signal fort pour combattre l’impunité d’où qu’elle vienne et qu’il va poursuivre les enquêtes sur les détournements présumés des fonds liés au programme de 100 jours du Président de la République. C’est une vidéo archive que la présidence a republié à l’attention du public qui attendait sa réaction sur l’arrestation de Vital Kamerhe son directeur de cabinet !

  • Le FCC, l’autre allié de la coalition Regarde avec Prudence :

Après Kamerhe « who is the next » ou après Vital Kamerhe a qui le prochain tour ? S’interrogent les caciques du FCC, qui sont restés prudents jusque-là depuis l’annonce de l’arrestation de Kamehre. Eux qui savent bien la circonstance de leur alliance avec le CACH de Felix Tshisekedi, ne pouvaient que se réjouir de voir la division du camp adverse quoique membres de la même coalition, mais se préparent en conséquence ! Cela veut dire qu’ils ont « le Joker » dans la main et c’est à eux de jouer pour dicter la suite du dossier !

Trois scénarios se dégagent donc pour le FCC qui garde le dernier mot :

  1. Relâcher Kamerhe qui se divise avec son allié, pour avoir un boulevard non étroit et naviguer en maître avec l’UDPS fragilisée par le départ de Kamerhe ;
  2. Jouer la neutralité en demandant que la justice soit faite avec équité pour préserver la bonne marche de la cohésion politique nationale.
  3. Profiter de la Division UDPS-UNC pour utiliser l’un contre l’autre et obtenir des alibis pouvant mettre en accusation le président de la République (qui lors de son dernier séjour en Europe avait brandit la menace de dissoudre le parlement), ainsi jouer le jeu à l’avance pour le destituer!

Tous ces trois scénarios sont à l’avantage du FCC, et les jours à venir vont clarifier laquelle de ces trois pistes a été opté !

Quand à Vital Kamerhe s’il s’avérait vraie qu’il ait détourné les fonds du programme 100 jours du Président de la République, il va être condamné et le pays va poursuivre son fonctionnement politique normal, ce que souhaite des nombreuses organisations des droits de l’homme qui demandent que la justice soit faite avec équité pour donner la lumière sur ce dossier et d’autres dossiers flous des détournements qui traînent au pays.

Mais si Kamerhe évoquerait la responsabilité du Chef de l’Etat dans les décaissements frauduleux d’argent qui lui sont imputés, il appartiendra au FCC de jouer à l’arbitrage !

Wait and see…

Par Christian Joseph Musenge

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here