RDC & EAC : Les Congolais Continuent à payer les Visa en Tanzanie, Uganda, Kenya et Soudan du Sud ! En Voici la Cause.

0
1653

Pourtant déjà membre effectif de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est (East Africa Community), le 7ieme Membre, la République Démocratique du Congo n’a pas totalement finalisé le processus qui lui a été soumis pour examen et adoption du charte de cette communauté Régionale, dont le Président Congolais Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo a signé à Nairobi en date du 8 Avril 2022.

Apres cette signature qui devrait intervenir dans les 15 jours suivants l’acceptations par les Etats Membres de l’admission du nouvel adhérent, le pays concerné doit en principe partir avec le traité de la Communauté pour une soumission à l’examen et ratification en interne, et ensuite le ramené (dûment ratifié) au Secrétariat General de l’EAC, avec la liste de ses délégués pouvant lui représenter dans différents organes et structures de la communauté.

Ce processus ne dépend plus de l’EAC, mais entièrement de la responsabilité du Nouvel Etat-membre ; dans ce cas précis la RDC.

C’est ici que les congolais voyageant en Tanzanie, au Kenya, au Soudan du Sud et en Ouganda se retrouvent dans l’obligation de payer leur Visa d’entrée avant d’être accepté pour entre dans ces pays.

En 2007 par Exemple, lors de l’adhésion du Rwanda et du Burundi, une fois l’admission acceptée, ces deux pays ont pris deux semaines pour ratifier le traité de l’EAC et l’ont ramené au Secrétariat General pour finaliser leur intégration.

Certains congolais trafiquant dans l’Espace-EAC, se plaignent de cette situation, qui continue à leur causer des manques à gagner considérables en terme économique, dont certaines y résident ont des Visa de résidence à renouveler, d’autres cherchant les Visa d’Etude (qui une fois membres de l’EAC, devient gratuit), ils sont entrés de toujours payer, de même ceux y travaillant et qui doivent subir des paiements liés aux pays non-membres de cette communauté.

Du coté des commerçants qui doivent s’approvisionner en marchandise dans l’EAC et qui ont plusieurs mouvements à effectuer mensuellement ; s’indignent de cette situation, pourtant leur joie était grande lorsque le Président de la RDC avait signé à Nairobi le Traité de l’EAC en vue de l’intégration de son pays.

Un congolais vivant en Tanzanie se confie en ces termes à notre Micro : ‘’… quand nous continuons à payer des Visa ici et que les agents de la migration, nous disent que ceux qui retardent le processus final, c’est nos propres autorités, cela fait très mal. Donc nos voisins nous ont grandement ouvert la porte mais c’est nous qui hésitons à entrer, pourtant nous savons bien que notre intégration est plus avantageuse pour nos populations…avec la crise économique actuelle dans le monde, quand on vous oblige encore à payer plus, alors que vous avez en poche le billet pour payer moins et dont vous n’utilisez pas… c’est désolant’’. Indique Emmanuel BASHIGE congolais de Bukavu, vivant en Tanzanie pour les affaires, dont il assure la transportation des marchandises achetés par les petits commerçants pour l’importation en RDC.

D’après l’Article 213 de la Constitution de la RDC : Le Président de la République négocie et ratifie les traités et accords internationaux. Et donc le blocage vient de la Présidence de la RDC elle-même qui a demandé l’adhésion dans l’EAC, c’est aussi à elle-même que revienne la responsabilité de finaliser ce processus d’après la vocation constitutionnelle exprimée en son Article 217, qui lui confère encore cette responsabilité en ce terme :  La République Démocratique du Congo peut conclure des traités ou des accords d’association ou de communauté comportant un abandon partiel de souveraineté en vue de promouvoir l’unité africaine.

C’est donc au Président Congolais de nommer, les représentants et délégués de la RDC dans l’EAC et c’est à lui de ratifier le traité qu’il a signé il y a de cela 20 jours.

Selon le Secrétaire General de l’EAC, Dr. Peter Mutuku Mathuki que nous avions interrogé, affirme que le délai pour la ratification de ce traité est de 6 mois à compter de la date de l’admission du nouveau membre. Dont pour la RDC admis depuis le 29 mars, elle a jusqu’au 29 septembre pour soit ratifié le traité et finir le processus ou rejeter le traité et par conséquent rejeté son admission.

Par la Rédaction

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here