PROCES 100 JOURS : Deux cadres de CACH/Sud-Kivu donnent leurs avis !

0
335

Ce procès du Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat, Vital Kamerhe qui a été dans la conception et la supervision du programme d’urgence de 100 premiers jours du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, initié dans le cadre de la lutte contre les détournements des deniers publics, et dont Vital Kamerhe a été condamné en première instance à 20 ans des travaux forcés et 10 ans d’inéligibilité.

Son parti UNC allié de l’UDPS dans la coalition CACH, crie à un règlement des comptes politiques visant à écarter son leader de la scène politique. Dans l’opinion nationale, les avis sont diversement partagés avec les uns qui félicitent l’avènement d’un Etat des droits et d’autres qui doutent encore sur la face cachée de ce procès,  en exigeant d’autres poursuites sur la gestion opaque du régime du Président Sortant Joseph-Kabila.

Echos de l’Evangile Magazine a interrogé les cadres de ces 2 principaux partis politiques au Pouvoir au sein de l’alliance CACH comprenant L’UDPS et l’UNC, dont voici leurs réactions :

  • Pour le compte de l’UNC :

Pascal MARHEGANE, Jeune-Cadre du Parti au Sud-Kivu, déclare que depuis le début du dossier judiciaire de leur président national l’honorable Vital KAMERHE : « nous avons compris qu’il s’agissait d’un dossier judiciaire hautement politisé, un dossier monté sur fond de haine, de jalousie et à finalité destructive (on veut en finir avec un leader politique); De part et d’autre, l’honorable Vital KAMERHE se trouvait au milieu des camps politiques pour qui, sa présence gênait » il ajoute que :

D’un côté, on pense que c’est l’Honorable Vital KAMERHE qui empêche certains de jouir pleinement du pouvoir, on voit en lui un potentiel adversaire de 2023 tenant compte des accords de Nairobi qui seraient difficiles à respecter en cette année-là et qu’il fallait par tout moyen, le mettre de côté.

De l’autre côté, on voit en Vital KAMERHE un mur gênant, un guide à décharge et qu’il fallait coûte que coûte le séparer du Chef de l’État.

Mais qu’est-ce qu’il faut dire, de ce qu’on a reproché à l’Honorable Vital KAMERHE:

Partant des correspondances signées par le Directeur de cabinet du Chef de l’État, Vital KAMERHE agissait sur instruction du président de la République par des lettres officielles dont copies étaient réservées à ce dernier. Dans le cas contraire, il aurait été sanctionné. Les ministres destinataires de ses courriers pouvaient bien les vérifier et les contester.

  • Pour le Compte de l’UDPS :

Monsieur Theodore MUSEME, Président Fédéral a.i de l’UDPS/Sud-Kivu, lui pense « qu’il n’y a pas d’acharnement politique et que du point de vue politique, l’UDPS ne pouvait pas vouloir que son partenaire UNC, se retrouve dans cette situation mais le plus important ne plus d’y revenir mais de tirer la leçon de la manière dont l’Etat a toujours été géré tel que ce procès l’a fait voir, notamment au Niveau de la chaine des dépenses nationales, dont une nécessité d’entamer des reformes, s’avère pressant pour que les choses ne continuent plus à se passer comme telle. » Théodore MUSEME ajoute qu’il serait aussi important de réviser la constitution pour permettre au bureau Provisoire de l’assemblée Nationale d’investir le gouvernement au lieu de toujours attendre un bureau définitif, ce qui conduirait toujours à une éventualité comme le cas récent où les ministres du gouvernement démissionnaires étaient déchargés de leurs prérogatives constitutionnelles pendant 9 mois en attente du Nouveau Gouvernement.

Ce qui aurait permis tout ce désordre dans la chaine des dépenses pour l’exécution du Programme 100 jours et qui a conduit à des poursuites Judicaires dont Vital Kamerhe partenaire de l’UDPS est en prison.

Théodore MUSEME n’a pas voulu trop argumenter sur le débat au tour de sa condamnation, de même à l’UNC les cadres et militants sont appelés à rester sereins, garder le moral, et attendre l’issu des recours introduits par les avocats de Vital Kamerhe en procédure d’appel ou en cassation, dont le parti espère trouver gain de cause, tout en signalant selon Pascal MARHEGANE que L’honorable Vital KAMERHE est un homme qui a sacrifié presque toute sa vie dans le combat des valeurs, dans toutes les institutions où il est passé, dans plusieurs négociations nationales, régionales et internationales, bref c’est un homme de paix, un homme qui inspire la jeunesse… Pascal MARHEGANE conclut que la justice divine qui vient toujours en dernier et laquelle rétablit toujours les justes dans leurs droits…sera dite pour son Président Vital Kamerhe.

Par Christian Joseph Musenge.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here