La vaccination contre le covid-19 divise l’opinion au Sud-Kivu

0
479
vaccination contre Covid-19
Centre de vaccination au Cannet. Les Etats membres de l'Union européenne doivent accélérer leurs campagnes de vaccination afin que 70% des adultes soient vaccinés cet été, a déclaré mardi la Commission européenne. /Photo prise le 19 janvier 2021/REUTERS/Eric Gaillard

Après avoir réceptionné 41 100 doses de vaccin Astra Zeneca,  le vendredi 23 avril 2021, la province du Sud Sud-Kivu à travers son ministère de santé compte commencer la vaccination contre la pandémie de Corona virus d’ici 30 avril 2021. Au vu de cette situation, l’opinion publique reste dispersée. Certains pensent que les autorités se cachent derrière ce vaccin pour chercher leurs propres intérêts ; d’autres par contre, pensent qu’il vaut mieux de prioriser la santé avant tout.

D’une part, les autorités provinciales  en charge de la santé,  lors de la réception des doses de ce vaccin, ont appelé toute la population à se méfier des rumeurs sans fondement. Ils appellent cependant, à un comportement responsable et à la priorisation de la santé de l’ensemble de la population du Sud-Kivu.

Et d’ajouter :

« Nous avons constaté la résistance de la population sur le vaccin mais nous y travaillons à travers les plaidoyers que nous sommes en train de mener auprès des autorité religieuses, politiques et même des grandes personnalités de la province pour une bonne communication. Ce qui est évident est que la résistance est basée sur des rumeurs sans aucune évidence scientifique car le vaccin ne porte aucune atteinte humaine » a déclaré le ministre provincial de la santé, Cosmos Bishisha.

D’autre part, une source qui a voulu garder son anonymat, affirme que ce vaccin n’a aucune raison d’être car la maladie en soit a existé et n’existe qu’au niveau de l’imagination seulement. Il ajoute que le gouvernement devrait aussi tenir compte des conséquences qu’entraine ce vaccin avant de prendre la décision de l’administrer à la population.

Mis en place  par certains  pays occidentaux notamment l’Angleterre, Allemagne et suède, le vaccin Astra Zeneca a été provisoirement suspendu dans certains pays,  sous prétexte qu’il serait  à la base des caillons  sanguin et tant d’autres conséquences sanitaires graves.

Notons que l’organisation mondiale de la santé OMS, après avoir mené des instigations sur le vaccin Astra Zenica, a affirmé que les risques liés à ce vaccin étaient moins considérables      que  ses avantages.

Par Tecla KAHIRHO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here