La non-violence en période électorale au centre d’un débat public à Bukavu ! L

0
831

Les résultats des élections de 2006 et 2011 en RDC ont été à la base des contestations occasionnant des violences et des pertes en vie humaines dans différentes provinces du pays. En ce jour où la RDC tend vers ses troisièmes élections démocratiques, certaines organisations de la société civile s’activent dans la sensibilisation des parties prenantes sur la non violence pour ne pas retomber dans les erreurs du passé. C’est dans ce cadre que le Centre National d’Appuie au Développement et à la participation populaire(CENADEP) en collaboration avec la ligue des droits de la personne dans la région des grands-lacs(LDGL) et d’autres organisations viennent de tenir un dialogue social sur la non violence en cette période électorale en RDC

A cette occasion, les acteurs des partis politiques de l’opposition, de la majorité, les acteurs de la société civile, les mouvements citoyens ainsi que les forces de sécurité(police et arme),l’Agence Nationale des Renseignements et la Commission Electorale Nationale Indépendante ont échangé sur l’évolution du processus électoral en cours, les risques de violences et les voies de sorties pour des élections apaisées en RDC
Pour y parvenir, les parties prenantes aux élections ont pris acte du code de bonne conduite pour la non violence en période électorale en RDC, Document qui retrace les droits, les obligations et les stratégies de revendication de droits sans recourir à la violence et à d’autres pratiques non conforme aux lois de la RDC

A en croire Serges Namira coordonateur du CENADEP au Sud-Kivu, les parties prenantes aux élections doivent promouvoir la paix, la cohésion et non recourir à la violence et la haine pour revendiquer ou contester les résultats des élections après la proclamation de ces derniers par la commission électorale nationale indépendante

Pour lui, les contestations sont légales mais les candidats lésés doivent déposer leurs recours aux instances habilitées pour régler ce genre des litiges afin de préserver la paix et la cohésion au pays après la tenue des élections prévues le 30 décembre 2018 en RDC

« Dans la vie il y a toujours deux resultats, la réussite et l’échec, les politiciens doivent accepter les résultats des urnes pour épargner le pays des violences d’une part ou revendiquer en suivant la procédure légale » indique-t-il

En rappel, ce dialogue est intervenu dans le cadre des activités de sensibilisation à l’éducation électorale et d’accompagnement du processus électoral menées par les organisations de la société civile en vue de la tenue des élections libres, crédibles et apaisées en RDC

Par LONI Irenge Joe

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here