Sud-Kivu : « Les artistes locaux méritent plus de visibilité dans les medias pour l’émergence de leur carrière ». (Dj Gaytt)

0
1242

En République Démocratique du Congo en général et dans la province du Sud-Kivu en particulier, la promotion et la distribution des productions musicales, est l’un des principaux défis, auxquels, les artistes font souvent face. Dans cette tâche, les medias tentent de leur donner un coup de main. Cependant, cet apport de medias n’est pas du tout  apprécié par les artistes, qui constatent que ces derniers font la promotion des artistes de grande renommée  nationale et internationale au détriment des artistes locaux. Ce cri de cœur a été fait par l’artiste Dj Gaytt, un artiste très connue dans ville de Bukavu  car ses œuvres parlent d’elles même, et joue le rôle porte-parole de ses collègues artistes, pour alerter toute la corporation journalistique sur ce qu’il qualifie de manque de soutien aux artistes locaux pour leur propulsion dans la carrière musicale.

Il n’est secret pour personne car, le rôle classique de médias et d’informer, de former et de divertir. Pour  l’artiste Gaytt, le medias constitue un outil sine qua non pour la promotion et la commercialisation des œuvres de l’esprit. Malgré leur diversité et ligne éditoriale, la radio et la télévision jouent un rôle majeur dans la promotion d’un artiste, mais aussi le medias représente un outil plus puissant pour fabriquer une image soit positive ou négative.

Cependant à Bukavu, le constat est évident, l’espace musical dans la quasi-totalité des différentes chaines de radio et télévision est envahie en grande partie  par les œuvres étrangères, en dépit d’une petite espace réservé aux artistes locaux par une infime partie des medias de Bukavu, comme le témoigne Dj Gaytt :

 « Au fil de la journée, on ne joue que Wasafi, Koffi, Fally et il y a seulement quelques chaines qui accordent de l’espace aux artistes locaux… ».

S’il est vrai que la musique Sud-Kivutienne n’est jouée qu’à une faible  proportion dans le media local, c’est peut-être , parce que  elle n’a plus la place qu’occupe les artistes sur le plan national  et international, et cela voudrait peut être dire également, qu’il n’existe pas assez d’œuvre de qualité à Bukavu, et les medias ne devraient pas présenter aux auditeurs des œuvres qu’ils n’apprécient pas.

De son côté, Dj Gaytt rejette en bloc cet avis et soutient qu’il faut éviter de tirer la musique Bukavienne vers le bas :

« Moi personnellement, ma musique est jouée dans presque tous le medias de Bukavu, parce que je paye ma promotion et puis jusqu’à quand le media fera passer mon travail ? Cependant, ce n’est pas le cas pour d’autres artistes, qui font du bon boulot, avec un travail de qualité, et pourtant on a besoin du challenger, pour créer une émulation. En plus, dans chaque domaine, il y a toujours des excellents, moyens et de médiocres ».

Ce cri de cœur des artistes à travers Dj Gaytt semble être entendue, puisque selon Dj Gaytt, le président de chroniqueur musical au Sud-Kivu Johnson Sethy, a compris leur doléances et a promu de s’y investir à fond  pour soutenir les artistes locaux.

En attendant, la réalisation du souhait des artistes Bukaviens et Sud-Kivutiens, Dj Gaytt estime que, plusieurs questions importantes du métier d’artiste et la production d’œuvres de qualité devront être évoquées prochainement par les artistes avec l’ambition de mettre un comité qui va se charger d’approfondir la question.

En somme, il appartient donc  aux artistes de produire des œuvres de qualité car quoi qu’on dise, on ne peut pas obliger les medias et le Sud-Kivutiens à consommer des œuvres qu’ils n’apprécient pas.

Par Fulgence RUKATA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here