Justin Bitakwira : « La démocratie est un accident pour la RDC »

0
1395

Alors que l’opposition et la majorité présidentielle s’active en bataille de mobilisation le weekend du 26 et 27 Octobre 2018, invité à l’émission Dialogue entre congolais de ce jeudi 25 Octobre, le ministre national du développement rural, Justin Bitakwira juge la démocratie en République Démocratique du Congo d’un accident, un malheur pour la nation. Remettant ainsi sur la table les propos du chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange qui avait dit que la démocratie coute chère à la nation congolaise alors que ce peuple aspire plutôt au développement.

Selon Bitakwira : «  la démocratie est un malheur qu’il faut apprendre à minimiser ». Il met en avance l’argument de soutien à la machine à voter qui selon toujours lui, est une des innovations qui va aider à réduire si pas à minimiser ces risques.

En en croire l’élu du territoire d’Uvira dans la province du Sud-Kivu, même ceux qui sont contre la machine à voter vont finir par rejoindre le camp du FCC et il pense qu’il faudrait même primer les inventeurs de cette machine.

Il a également fait allusion à l’exemple de la Corée du Nord qui n’est pas dans un régime démocratique et n’organise pas les élections mais qui est un pays qui se développe. Et qu’il faudrait un régime approprié pour la Republique Démocratique du Congo.

Pour son co-debateur du jour, le professeur Félicien Kabamba, le ministre Bitakwira devrait au contraire enrichir son vocabulaire et choisir un autre mot qui n’est pas « accident ou malheur ». Il rajoute en disant : « le peuple congolais mérite la démocratie ».

Pour d’autres personnes,  seule la répétition des élections durant plusieurs décennies pourra  inclure dans le chef de la population congolaise une culture de la démocratie et la permettre de se familiariser avec les processus électoraux.

Et pour plus d’un congolais, la démocratie est un élément essentiel pour le développement de la nation congolaise.

Signalons que lors de cette même émission, Bitakwira a également qualifié l’UDPS d’un parti en déclin qui a déjà connu son apogée. Il l’a même comparé à un joueur à qui on donne un penalty et même sans gardien dans la perche, fini tout de même malgré tout à taper à coté.

Par Isaac Musharhamina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here