Journalistes en Danger (JED) dresse un tableau sombre de la liberté de presse en RDC !

0
1157

En ces jours où l’humanité célèbre la journée internationale de lutte contre l’impunité des crimes commis contre les journalistes. L’organisation journaliste en danger(JED) dénonce les  menaces auxquelles font faces les journalistes congolais en cette période pré-électorale dans l’exercice de leur métier. Dans un rapport annuel intitulé  « Journalistes et Médias sous pression : Les élections de tous les dangers ». Journaliste en danger 2018  dresser  un tableau sur l’état de la liberté de la presse et d’expression en République Démocratique du Congo.

Profitant  de la célébration de cette journée, JED, de rappeler qu’en RD Congo, des centaines des journalistes et professionnels des médias risquent chaque jour la mort ou la prison à cause de leur métier d’informer. Au cours de cette année 2018, le climat de travail des journalistes ne s’est guère amélioré et aucune mesure, ni politique ni législative, n’a été prise par les autorités du pays en faveur de la liberté de l’information. Le nombre des journalistes et des médias attaqués reste toujours élevé.

A cet effet Journaliste en Danger a répertorié 121 divers cas de violations des  droits d’informer et d’être informé en 2018, le même nombre de cas recensés en 2017, qui se répartissent de la manière suivante :

« 54 journalistes ont été arrêtés pour diverses raisons professionnelles. Si les uns ont été privés de leur liberté pendant moins de 48 heures, d’autres, au contraire, ont été gardés dans les installations des divers services pendant de longues périodes. 37 cas de censure ou des pressions diverses ont été exercées sur les médias par des autorités politiques ou des services de sécurité. 30 journalistes ont reçu des menaces directes ou indirectes, ou ont été agressés dans l’exercice de leur profession. Il s’agit plus particulièrement des journalistes qui couvraient des manifestations publiques organisées par l’opposition, les mouvements pro démocratie, etc. » présente ce rapport

A en croire  ce rapport, ces atteintes à la liberté de la presse recensées par JED « sont généralement ou  majoritairement le fait des personnes détentrices d’une parcelle de pouvoir public et  qui abusent ainsi de leur position, en toute illégalité et en toute impunité. »

Ainsi le Rapport sur l’état de la liberté de la presse et d’expression intervient à quelques jours du lancement de la campagne pour des élections générales annoncées pour le 23 décembre prochain. Des élections qui se préparent dans un climat de haute tension politique marqué par des violences qui n’ont pas épargnées les professionnels des médias.

« Exerçant leur profession dans un contexte de vive tension qui fait planer le spectre d’un chaos  généralisé dans le pays, plusieurs journalistes couvrant diverses manifestations publiques organisées par l’opposition et la société civile dans le but d’exiger du Président Kabila la renonciation à un troisième mandat-conformément à l’Accord de la Saint Sylvestre ont été copieusement passés à tabac et humiliés par des agents de l’ordre. Leur matériel de travail a été endommagé ou confisqué. » indique ce rapport

Pour JED, les violences contre les journalistes sont le fait des personnes identifiables qui abusent de leurs positions pour s’en prendre aux médias et qui ne sont jamais inquiétées.

En fin JED appelle les autorités congolaises à mettre fin à cette culture de l’impunité qui entretient l’insécurité pour les journalistes car : « les violences contre les journalistes sont le fait des personnes identifiables qui abusent de leurs positions pour s’en prendre aux médias et qui ne sont jamais inquiétées. » conclut cette organisation

Par LONI Irenge Joe

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here