Claude Nyamugabo : « La province du Sud-Kivu doit s’unir pour éradiquer les violences faites aux femmes » !

0
223

La violence à l’égard des femmes et des filles est une pandémie mondiale. C’est un affront moral fait à toutes les femmes et les filles, une marque d’infamie pour la société et un obstacle majeur à un développement inclusif, équitable et durable. Face à cette réalité, Claude Nyamugabo, gouverneur de la province de Sud-Kivu lance ce lundi 26 Novembre 2018 la campagne des 16 jours d’activisme contre les violences faites à la femme. L’objectif poursuivit est de parvenir à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes sur tous les échelons de la vie.

Depuis plus de vingt ans, les guerres frappant l’est de la RDC sont à l’origine de violations massives de droits humains notamment ceux des femmes et filles.

Cependant, Claude Nyamugabo précise que son gouvernent met l’accent  sur la protection de la femme et de la jeune fille,  afin de contribuer à une création d’un monde égalitaire où les femmes et les hommes jouissent des mêmes droits et contribuent au développement durable de la société : « le gouvernement provincial met l’accent sur la protection de la femme et de la jeune fille parce que nous voulons que les femmes jouissent le même droit que les hommes, que les jeunes filles soient protégées que les jeunes hommes », affirme le gouverneur du Sud-Kivu.

Il appel également toute la population durant ces 16 jours, à réfléchir sur le thème et à donner des stratégies pour la promotion de la femme et la jeune fille.

« Durant 16 jours nous sommes invités à réfléchir sur le thème et donner les propositions pour la promotion de la femme et la jeune fille », interpelle Claude Nyamugabo.

Cette année, pour vulgariser l’action pour l’éradication de la violence à l’égard des femmes et des filles à travers le monde, le thème est : Tous unis pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes : oranger votre quartier, écoutez-moi aussi ». Au Sud-Kivu le thème choisi est : « la participation égale des femmes et des hommes aux instances de prise de décision, gage pour la prévention des violences basées sur le genre ».

Par MWEMA Joseph

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here