CACHE-NEZ STYLE, LA MODE CONTRE LA COVID-19 !

0
157

Yuston Nessy le Mannequin de la RDC nous fait l’illustration de ce nouveau Fashion-Style !

Le port du masque est désormais obligatoire dans plusieurs villes de la RDC, dont la ville de Bukavu pour contrer la pandémie du coronavirus. La majorité des masques portés sont cousus par les artisans locaux en tissus de pagne. Ce nouveau mode de vie est dorénavant pris comme un style vestimentaire pour les mannequins.

Promouvoir la mode congolaise, mettre en valeur le travail des stylistes locaux et sensibiliser les gens à se protéger tout en étant stylés, sont les objectifs fixés par la maison (HOCI) Haute Couture de la styliste Hortense Cigashamwa pour participer avec originalité à la lutte contre la Covid 19.

C’est possible de garder l’identité de la mode congolaise tout en étant stylé

Yuston Nessy, ambassadeur de la mode congolaise, est sensibilisateur de cette initiative, qui cherche tant soit peu, à faire vivre les modélistes dans cette période où toutes les activités sont aux arrêts.

« Les stylistes congolais ont été touchés sensiblement par la Covid 19. Et pour les couturiers, les clients ne viennent plus. On a eu l’idée de contribuer à la sensibilisation contre la Covid 19 et voilà, en tant que styliste, on fabrique des masques qui sont élégants et efficaces dans la lutte contre cette pandémie», Nous confie Yuston Nessy

Les masques sont faits avec une attache couturière de la chemise ou du gilet, qui sont créés entièrement par des pagnes livrés par une marque. Une façon de garder l’identité africaine selon Nessy : « Le pagne, c’est quelque chose qui identifie la mode africaine, c’est le repère. Quand on porte le pagne, on garde la culture africaine et congolaise en particulier », affirme-t-il avant de donner le grand message de cette initiative. « Le message en gros est qu’on veut montrer que c’est possible de garder l’identité de la mode congolaise tout en étant stylé ».

La tenue du cache-nez est désormais dans le quotidien de tout congolais. Chacun s’adapte de cette situation en faisant de cette dernière un élément d’élégance vestimentaire. Pour les confectionneurs, une baisse de prix est primordiale pour faciliter à tout le monde de s’en procurer. « On veut faire quelque chose de simple et de beau à un coût moins élevé », rassure Yuston, conscient de la dure période que traverse son environnement direct.

Aussi, de façon générale dans la province du Sud-Kivu, les masques en pagne ou en tissus multicolores arborés par les congolais sont essentiellement de fabrication locale. Les importés, vendus généralement dans des pharmacies, sont de moins en moins portés car assez chers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here