Bukavu : un faible engouement des clients se remarque dans les marchés à la veille des festivités du nouvel an 2022

0
179
Exif_JPEG_420

« Solde solde, ba mamans, ba papa, mukuye uku ni solde. Tunashusha bey ya vitu uku. Muuziye batoto yenu manguo, viyato ili washerekeye vema fête ya Noël na Bonane pamoja na wengine ».
C’est de ce mouvement de bruit qu’on peut constater une faible ambiance dans différents marchés de la ville de Bukavu à quelques jours de la commémoration des festivités de Noël et du nouvel an (Bonane) 2022.
Cette ambiance semble ne pas assurer d’avoir la même ampleur comme d’autres festivités des années antérieures vu le faible engouement des personnes qui viennent acheter pour leurs enfants des vêtements et des cadeaux.
Il est 12h30, nous sommes au marché central de Kadutu à l’endroit communément appelé « Cha Rwanda », où nous constatons une faible ambiance vue l’absence presque des parents et autres clients qui devraient venir chercher quelque chose comme vêtements pour leurs enfants dans le but de la commémoration des fêtes de Noël et Bonane, prévues en date du 25 décembre et le 1 janvier.
Les vendeurs et vendeuses dont là, ils étalent leurs marchandises un peu partout et à même au sol, les personnes qui viennent acheter peuvent être compté au bout de doit, pas d’engouement habituel comme était cas pour des années où il était difficile de trouver le passage au marché deux semaines avant ces cérémonies.
Les vendeurs et vendeuses font des alertes de clientèle pour chercher comment attirer l’attention de leurs clients, chose un peu étonnante, les clients semblent ne pas être intéressés par le bruit des marchands.
Au marché Muhanzi et chez « Baba Cingazi », les produits dont les habits, les souliers, les denrées alimentaires sont étalées un peu partout. Les commerçants occupent mêmes les artères principales de la route menant vers la Régideso. Ils sont visibles certains avec leurs marchandises à main, d’autres les étalent sur les étalages.
Qu’est-ce qui serait à la base du non clientèle ?
Plusieurs vendeurs donnent leurs points de vue sur cette situation qui les étonne. Une maman explique le fait.
« Moi je suis vendeuse des vêtements des enfants. Les clients sont là même s’ils ne sont pas nombreux comme dans les années écoulées. Ils viennent et demandent le prix, après la discussion sur le prix, les clients partent et n’achètent plus. Quand leurs demandons pourquoi ils n’achètent plus, ils répondent que les articles sont cher et pourtant ils n’ont pas assez d’argent. », Indique cette dernière.
Un des clients interrogés par un reporter de l’Echos de Magazine, fait savoir que les vendeurs demandent trop d’argent chose qui ne les permet pas d’acheter car, disent-ils, la situation dans laquelle se trouve la province ces derniers jours ne leurs permet pas d’avoir de l’argent.
« Nous sommes ici au marché pour venir chercher quelques habits et souliers pour nos enfants. Vraiment le prix qui est ici au marché nous fait peur. On nous demande beaucoup d’argent et pourtant nous n’en avons pas. Vous connaissez la situation dans laquelle le sud-kivu se trouve depuis environ deux mois. Cette situation a un impact sur le plan économique de la province. », Précise notre source.
Il est à noter que les chrétiens catholiques, protestantes et certains autres se souviennent de la naissance de Jésus-Christ chaque le 25 décembre de chaque année.
Claude Musengero

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here