Sud-Kivu : « non aux tracasseries militaires dans la commune de Bagira », NDSCI

0
196

La  Nouvelle Dynamique de la Société civile, NDSC en sigle,  dénonce les tracasseries militaires observées actuellement dans la commune de Bagira. Des tracasseries favorisées par la présence des barrières sur certains tronçons routiers de cette commune.

Dans une interview nous accordée, ce lundi 03 janvier 2022, Wilfried Habamungu, Porte Parole province de la NDSCI, fait savoir que c’est depuis le mois de décembre 2021 que les militaires FARDC ont érigé une barrière sur avenue Rugondo au quartier Mulwa en commune de Bagira. Notre source mentionne que ces derniers exigent aux passagers une somme allant entre 500 et 1000fc pour traverser la barrière.

« même les femmes et hommes en Provence de kabare qui transportent leurs marchandises ( canne à sucre , braise , choux , stick d’arbres…) et qui, les uns exercent leur commerce dans le marché lwakabirhi, sont aussi obligé de laisser une partie de leur marchandise et ou payer une somme d’argent à ces militaires lorsqu’ils sont de passage », martèle Wilfried Habamungu.

Il ajoute que la même situation s’observe à Kazingo sur la route place de l’indépendance- kavumu où une barrière est aussi érigée.

« Les militaires affectés sur cette barrière , ne font plus convenablement leur travail , ils exigent seulement une somme allant entre 500 et 2000fc aux chauffeurs et motards pour traverser la barrière au lieu de vérifier ce qui se trouve dans le véhicule et comme ils le faisaient au début du couvre-feu ( patrouille) ».

Au regard de cette situation jugée « inquiétante » par la NDSCI et toute la population de Bagira, cette structure citoyenne  exige la suppression de toutes ces  barrières qui tracassent les habitants et l’étude d’un nouveau plan de sécurisation de la population de la province du Sud-Kivu.

Notons que plusieurs autres structures citoyennes ont, tour à tour, dénoncé des tracasseries tant policières que militaires observés lors du couvre-feu à Bukavu.

Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here