Sud-Kivu :Les confessions religieuses engagées à promouvoir le planning familial et la santé de reproduction.

0
191

Depuis plusieurs années la question du planning familial et la promotion de la santé de la reproduction était parmi les sujets presque tabou au sein de plusieurs confessions religieuses dans la province du Sud-Kivu et s’est heurtée à plusieurs défis suite aux conceptions religieuses sur cette problématique ,qui condamnait par le passé l’usage de tout moyen, directement contraire à la fécondation. Toutefois, suite aux risques liés au manque de l’espacement de naissance pour la santé de la mère et de l’enfant ,avec un taux élevé de mortalité infantile, les confessions religieuses dans leur diversités au Sud-Kivu, viennent de s’engager solennellement à promouvoir le planning familial et la santé de reproduction, pour le bienfait de la mère et l’enfant et le développement socioéconomique de la République Démocratique du Congo.

Ce jeudi 28 novembre 2019 dans la grande salle de l’hôtel panorama à l’occasion du carnaval interprofessionnel d’apprentis âge pour la promotion de la planification familiale au Sud-Kivu, les confessions religieuses s’engagent à promouvoir et sensibiliser leurs fidèles que ça soit dans l’enseignement à l’église pendant le culte ou dans leurs écoles et structures de santé, pour qu’ils arrivent à comprendre le bien fondé de la planification familiale.

« nous chef religieux du Sud-Kivu, représentant la communauté islamique en Rdc Sud-Kivu, l’église adventiste du 7ème jour Sud-Kivu, l’église anglicane diocésaine du Sud-Kivu, l’église catholique archidiocèse de Bukavu, l’église du Christ au Congo Sud-Kivu, sommes ressembler aujourd’hui afin de faire connaître nos perspectives humaines et spirituelle sur la santé et le bien être familial, nous reconnaissons que la santé et le bien être familial représente les bienfaits pour l’humanité, plus les grossesses sont rapprochées plus elles sont risquées. le médecin préconise l’espacement de naissance afin de réduire les risques de la mort maternelle et infantile, puisque l’espacement de naissance permet au couple d’utiliser leur maigre ressources pour nourrir, élever et éduquer les enfant en bon croyant et citoyen. nous chef religieux du Sud-Kivu, représentant nos confessions religieuses, nous réaffirmons promouvoir la santé et le bien être familial et se trouve au coeur de responsabilité que Dieu nous a conféré »peut-on lire dans leur déclaration.

Pour les différents panelistes à ces assises, les confessions religieuses n’ont pas pour vocation de donner les lignes directrices aux fidèles mais plutôt leur interpeler à une paternité responsable et le danger qui guette la mère et l’enfant, ainsi que le développement du pays en cas de non espacement de naissance,comme l’affirme le pasteur et professeur de théologie Mutabesha.

 » certaines personnes se focalisent sur les méthodes qui doivent être utilisées, ce qui est important ce sont les résultats peu importe les moyens qui ont été utilisés. si une personne trouve que les méthodes naturelles sont les mieux indiquées pour lui, qu’il utilise cette méthode naturelle ; si un autre personne trouve que les méthodes modernes sont mieux indiquées pour lui, qu’il utilise ces méthodes modernes ; car le dénominateur commun auquel on arrive à s’accorder,c’est d’accepter à limiter ou espacer les naissances pour le bienfait de la communauté ». souligne le pasteur Mutabesha.

Signalons que ces assises du carnaval interprofessionnel pour la promotion de l’apprentissage de la planification familiale ont débuté le 25 novembre et se termine le 30 novembre avec l’appui technique et financière du Coordaid, Faith to action net work, avec comme devise: »ensemble, réalisons les engagements religieux pour la santé et le bien être familial au Sud-Kivu ».

Par Fulgence Rukata

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here