Sud-Kivu « Le cauchemar d’insécurité est loin de dire son dernier mot » (SAJECEK)

0
1109

Malgré le lancement par le gouvernement provincial de l’opération « Tujikinge ». Opération visant à sécuriser la population et ses bien sur toute l’étendue de la province. La province du Sud-Kivu enregistre différents cas d’assassinat, des attaques des maisons par les hommes armés non identifiés, les enlèvements des personnes. A cela, SAJECEK qui est une organisation de la société civile déplore le fait que l’insécurité persiste en dépit du déploiement d’un grand nombre des militaires et policiers qui devraient sécuriser les habitants conformément à leurs missions

« Le cauchemar d’insécurité est loin de dire son dernier mot au Sud-Kivu. Le moi d’août écoulé a été encore une fois de plus caractérisé par des tueries, attaques des maisons, enlèvements et justice populaire » dénonce la synergie des associations des jeunes pour l’éducation civique électorale et la protection de l’homme au Sud-Kivu(SAJECEK) et le programme de lutte contre la criminalité et l’insécurité dans la ville de Bukavu (FORCES VIVES) dans le bulletin surprise N°55 retraçant la situation sécuritaire dans la ville de Bukavu et les territoires de la province du Sud-Kivu dans l’Est de la RDC durant le mois d’Aout 2018.

« La ville de Bukavu vient en tête en terme des assassinats(7) et des maisons attaquées(20) pour le mois d’Août, ce qui nous pousse à s’interroger sur le rôle que jouent les autorités pour sécuriser la population. Si dans la ville l’insécurité peut battre son plein, qu’adviendraient ils alors aux différents territoires que comptent la Province ? Le territoire d’Uvira occupe la première position dans la rubrique enlèvement. Cette situation dans la pleine de la Ruzizi commence à inquiéter plus et nécessité des mesures coercitives » indique Robert Njangala Coordonnateur de cette organisation.

En plus, cette organisation demande l’implication du gouvernent provincial dans la sécurisation de la population et prévenir ainsi d’insécurité récurrente en ville et dans les territoires de la province du Sud-Kivu

« Il est grand temps que l’autorité provinciale puisse s’investir pour la sécurité de la population de la Province du Sud-Kivu en prenant non seulement des mesures adéquates et solides, mais aussi et surtout en mettant à la disposition de services de sécurité des moyens nécessaires pouvant leur permettre d’assurer une bonne sécurité » ajoute-t-il

 En somme, cette organisation enregistré  19 cas de tueries, 36 maisons attaquées  et 13 cas d’enlèvement et deux cas de justice populaire dans le territoire de Kabare. Situation qui pousse cette organisation à lancer un cri d’alarme aux autorités tant locales que nationales pour de la sécurisation de la population du sud-kivu.

Par LONI Irenge Joël

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here