Sud-kivu : La société civile remet en cause le slogan « le peuple d’abord » et exige Tshisekedi à se prononcer sur la taxe RAM.

0
236

Consistant à faire de l’intérêt du peuple une priorité et une boussole conductrice, le slogan « le peuple d’abord » du Président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, est aujourd’hui remis en cause.

Ce, lors d’un mouvement de sit-in observé, ce mardi 08 février, devant les maisons de télécommunications en province du Sud-Kivu afin d’exiger la suppression de la taxe sur le Registre des Appareils Mobiles (RAM) et la restitution des sommes retenues.

« Nous demandons au Chef de l’Etat de se prononcer rapidement sur cette question pour lever toute confusion. sinon, il n’y a pas raison de continuer à dire que c’est le peuple d’abord ».

Dans leur mémorandum lu par la vice-présidente du Bureau de Coordination de la Société Civile du Sud-Kivu, Maitre Néné Bintu, les manifestants veulent savoir sous quel ordre Airtel, Vodacom et Orange perçoivent cette taxe. Ils mentionnent également que cette dernière n’est pas tracée dans la nomenclature fiscale nationale et provinciale.

« Comment sans autorisation ni consentement préalable et sans respect au contrat qui vous lie à vos clients, vous pouvez vous donner, en complicité avec certains membres du gouvernement national, le pouvoir excessif de retirer indûment de l’argent sur les recharges des unités téléphoniques? Cette situation continue à préjudicier tous vos clients depuis plusieurs mois et cela ne devrait plus continuer » peut-on lire dans ce mémorandum.

Pour rappel, la taxe dite du Registre d’Appareils Mobiles (RAM), lancée en 2020 par l’Autorité de Régulation des Postes et Télécommunications pour lutter contre la circulation des téléphones contrefaits, est à la base des grognes sociales de plus d’un congolais.

A en croire les autorités, cette taxe permet de lutter contre le vol et la contrefaçon des terminaux mobiles ; protéger la santé des usagers contre les effets toxiques des appareils non conformes aux normes locales et internationales (comme le taux élevé de plomb) ;ainsi qu’accroître la sécurité et la qualité de service des réseaux mobiles en RD Congo.

Par Michel METHUSELA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here