Sud-Kivu: Déclaration d’Elly Habibu sur la gestion de la province en début de l’année

0
461

Déclaration d’Elly Habibu sur la gestion de la province en début de l’année 2020

2020: année d’action et de bonheur. Quel prix, quels paris pour Son Excellence Théo Ngwabidje Kasi au Sud-Kivu?

De tous les Gouverneurs qui se sont succédés, depuis l’avènement de la troisième République, Théo Ngwabidje semble le plus passionné pour le bien-être socio-économique de sa population.

Il n’a pas attendu que le Chef de l’État proclame l’année 2020 année de l' »ACTION ». On s’en souvient, appelé à compétir dans une élection au second degré, avec des candidats prétentieux qui le considéraient comme stagiaire politique, celui-ci est sorti hyper-gagnant avec une majorité presque plébiscitaire, annonçant une vision claire : celle du changement par le travail. François 1er ne disait-il pas que  » de temps en temps des générations naissent, que j’appelle providentielles, possédant dans leurs mains la destinée de leurs nations « . Théo KASI, KAZI, TRAVAIL est de cette génération des prédestinés pour l’envol du Sud-Kivu.

Le travail, oui!!! C’est tout de suite qu’il s’y met, et cela attire, d’un côté la jalousie, la haine de ceux qui ont choisi l’aventure et la prédation de la province quand ils étaient aux commandes et de l’autre la sympathie de toute la population.
En moins d’une année sa popularité monte dans toutes les couches sociales:motards, taximens, étudiants, marchands, fonctionnaires, femmes, jeunes et vieux.

Les politiciens agissant comme des sorciers, c’est le feuilleton Sénateur Bahati Lukwebo et l’AFDC-A qui constituera la nuit des chauve-souris, des vampires pour flageller celui que l’opinion considère comme l’ultime sauveur de tout un peuple longtemps meurtri et paupérisé par la mauvaise gouvernance, par la médiocratie et la cleptomanie.

Spontanément, les députés provinciaux, les mouvements citoyens, la société civile dans sa diversité, les notables positifs vivant à Kinshasa, les médias, et toutes les victimes maximales de la  » déstabilisation pathologique  » connue pendant 13 ans se sont soudés autour de Théo Ngabidje pour dire NON et alors NON à une énième déstabilisation : peu importe les motifs.
Heureusement que, et le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi, et l’ancien Président et Sénateur à vie, Joseph Kabila, et le pacificateur- Directeur de Cabinet du Chef de l’État, Vital Kamere; tous ont juré qu’il s’agit désormais de voir l’intérêt du peuple, et non des hommes politiques viscéralement préoccupés par les intérêts individuels…
Sans doute, loin de penser que tel a perdu et que l’autre a gagné, disons que c’est toute la province du Sud-Kivu dans ses diverses opinions qui a gagné et qui gagnera davantage dans la consolidation de la paix, de l’unité et de la stabilité ; des aspirations légitimes pour le développement intégré et intégral.

Puisse le Gouverneur Théo Ngwabidje tirer toutes les leçons et opérer des ajustements conséquents, à travers la mise en place d’une équipe gouvernementale d’union, de salut provincial, qui tienne compte de toutes les forces sociales et politiques.

Puisse aussi les notables vivant à Kinshasa tirer toutes les leçons, en comprenant qu’il existe une nouvelle classe des notables de proximité dont la voix compte dans la gestion de la province.

L’aspiration de Théo Ngwabidje à fonder un ordre social et politique plus juste, plus solidaire et plus harmonieux, sa conception de l’organisation sociale et politique de changement devront concilier autorité et proximité, hiérarchie et partage des fruits du changement, droits de l’État et État de droit, quotas des partis politiques et technocrates.

D’expérience il ne peut y avoir de pouvoir stable sans consentement populaire, ce qui impose aux responsables politiques de donner satisfaction aux besoins des masses- le dada de cette mandature étant « le peuple d’abord », et que l’amélioration du sort des défavorisés passe par la proximité avec ceux-ci pour palper du doigt leurs problèmes et trouver avec eux des solutions.

Pour mener à bien cette entreprise, le Gouverneur devra s’entourer des talents et des personnalités fortes, des hommes et femmes qui appartiennent à la classe des élites du temps, sans pour autant écarter les appartenances partisanes.

Après l’année 2019, qui consistait à faire des diagnostics, de définir des options fondamentales, d’un Programme d’Actions Prioritaires et des prévisions budgétaires exercice 2020, approuvons que Théo Ngwabidje a des ambitions, il a des idées claires et précises sur ce qui doit être fait pour que la province du Sud-Kivu se hisse au même niveau et plus que les provinces voisines du Tanganyika, du Maniema et du Nord-Kivu; en matière de développement des infrastructures (routes, hôpitaux, écoles, centrales hydroélectriques,), d’équipements et d’activités commerciales.

Le plus fondamental à désirer c’est de voir les engagements se traduire en actes concrets en faveur des peuples souffrant de faim, de déshérence, de pauvreté absolue.

Le pari est triangulaire : une harmonisation politique, une harmonisation économique et une harmonisation sociale.
C’est au prix de l’unité et du travail ensemble que pour l’année 2020 nous chanterons les mélodies du bonheur.

Bonne année 2020.
Elly Habibu

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here