Rentrée Scolaire : Toujours pas d’effervescence dans la ville de Bukavu !

0
1040
En République démocratique du Congo, la rentrée scolaire est  fixée  au lundi 3 septembre 2018. Aujourd’hui, à quelques semaines de la rentrée de classe, dans la ville de Bukavu, les écoles s’apprêtent à rouvrir leurs portes pour recevoir les élèves.  Le traditionnel engouement qui caractérise le centre-ville de Bukavu en pareille période ne s’observe pas encore. Pas même la moindre bousculade devant les magasins de vente de fournitures scolaires. Tout se passe comme si la reprise des cours avait déjà eu lieu.

Au grand marché de Kadutu, les vendeuses ont l’impression que la rentrée scolaire n’aura pas lieu. Dans les magasins spécialisés dans la vente de tissus tergal et « tinteron » utilisés dans la confection de l’uniforme pour élève et autre écolier, des rouleaux sont encore entreposés comme si on venait de les ranger. Ici encore, comme devant les magasins de vente de cahiers, les clients se font de plus en plus rares.  Pourtant nous sommes à quelques semaines de la rentrée scolaire.

Une situation qui inquiète beaucoup les vendeurs des fournitures scolaires de ce grand marché. Certains d’entre eux disent avoir remarqué, par rapport à l’année passée, une grave baisse de vente dans cette période où les parents s’apprêtent à renvoyer les enfants à l’école.

« Cette année, la situation est dramatique. Les parents viennent au compte-goutte pour acheter. Les gens qui nous abordent, se contentent juste  de poser des  questions sur les prix et puis ils repartent sans acheter. On se demande si réellement la rentrée scolaire aura lieu le mois prochain » se plaint un vendeur du grand marché de Kadutu.

D’autres expliquent cette situation par la crise économique que traverse le pays, mais aussi par la commercialisation des uniformes et autres fournitures scolaires dans des écoles de la ville de Bukavu.

Dans le chef des parents, c’est la tourmente. Ils  se demandent comment  rentrer leurs enfants à l’école avec la crise qui bat son plein au pays.

« Pour ce qui est des fournitures scolaires des enfants, je pense pouvoir faire une partie des achats d’ici à la fin du mois. Avec ce que je gagne, je ne suis pas en mesure d’envoyer tous les enfants à l’école dès le premier jour de la prochaine rentrée. Ils pourront y aller progressivement, jusqu’ à ce que tous les objets classiques soient complétés. Nous sommes impayés. Et, ce n’est pas facile de nouer les deux bouts du mois », indique une mère de 3 filles croisée dans les couloirs du marché de Kadutu.

Les frais de scolarité donnent du fil à retordre aux parents qui désirent ardemment voir leurs enfants se rendre à l’école. Pourtant, La Constitution congolaise garantit la gratuité de l’enseignement primaire. Toutefois, la date de reprise des activités dans le secteur de l’Enseignement Primaire et Secondaire reste maintenue au 3 septembre prochain.

Par MWEMA Joseph

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here