RDC: Un ultimatum de trente jours accordé à la Monusco et au gouvernement pour libérer Bunagana

0
263

Le bureau Urbain de la Société Civile du Sud-Kivu accorde une durée d’ un mois au gouvernement congolais pour libérer la cité de Bunagana longtemps envahi par le groupe rebelle M23. 

Cela a été décidé lors de la journée ville morte décrétée le mardi 27 à Bukavu afin d’exiger l’accélération du plan de retrait de la Monusco au Nord-Kivu et fin de l’Etat de siège.

Pour Jackson Kalimba, président du bureau urbain de la société civile, c’est un sentiment de satisfaction que la population aie compris son sens patriotique et se solidarisé avec ceux de la ville de Goma .

« Quand un peuple ne défend plus ses libertés et ses droits, elle devient mur pour l’esclavage. Nous disons merci à la population de la ville de Bukavu qui a obtempéré au mot d’ordre de la Société Civile de la ville de Bukavu et demandé au Gouvernement congolais de pouvoir libérer Bunagana. À partir d’aujourd’hui, un délai d’un mois est accordé au Gouvernement congolais ainsi qu’aux Nations-Unies pour que Bunagana soit récupér » martele-t-il

L’avant midi de ce mardi les activités ont été paralysées. Des marchés, certaines écoles, instituts supérieurs et universitaires n’ont pas ouverts leurs portes et beaucoup d’autres activités socio-économiques ont été paralysées.

Signalons que cette journée ville morte s’est transformée le lundi à goma en une manifestations créant une vive tension dans plusieurs coins de Goma. Des coups de feu ont été entendus notamment dans les quartiers Ndosho, Majengo, Katoyi et Buhene où les éléments de la police ont usé des tirs de sommation pour disperser les manifestants et ainsi dégager certaines routes barricadées.

Par Tecla Kahirho

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here