Prestation serment : Félix s’engage à respecter la constitution et assurer le bonheur de congolais.

0
2445

Après 18 ans de règne du président joseph Kabila, le nouveau président de la république démocratique du Congo, Felix Antoine Tshisekedi vient de prêter serment devant les 9 sages de la cour constitutionnelle, ce jeudi 24 janvier 2018 mettant ainsi un terme au règne de Kabila pour écrire une nouvelle page de l’histoire, devant plusieurs personnalités étrangères dont les chefs de l’état et plusieurs délégations des diplomates.


Au cours de la cérémonie qui s’est déroulée sous un chapiteau installé dans le jardin du palais de la nation Felix Tshisekedi était empreinte d’émotion et de solennité… devant plusieurs personnalités, le nouveau locataire du palais de la nation à jurer « d’observer et de faire observer les dispositions de la constitutions », notamment de préserver l’intégrité du territoire et assurer le bonheur du peuple congolais.


Avant la passation du pouvoir entre le nouveau président de la république Felix Tshisekedi et le président sortant Joseph Kabila Kabange, la prestation de serment a été précèdée par un discours du président de la cour constitutionnelle qui a félicité le nouveau président et l’a interpellé de respecter son serment tel que stipule par l’article 74 de la constitutions de la république et par la suite est intervenu la passation du pouvoir par la remise de tous les symboles du pouvoir dont l’étendard, la constitution et l’emblème pour ne citer que cela.


Par ailleurs parmi les personnalités présentes lors de cette cérémonie d’investiture du nouveau président figure le président kenyan, le vice-président de la république de la Tanzanie, vice-président de la Namibie, deuxième vice-président Burundi, vice-président zimbabwéen plusieurs délégations ministérielles des différents pays africains.


La Belgique ancienne puissance coloniale qui a montré plusieurs hésitation pour reconnaitre l’élection de Felix Tshisekedi, s’est fait représenter par son ambassadeur en République Démocratique du Congo.


Signalons que la prestation de serment du nouveau chef de l’état tourne définitivement la page de l’ère joseph Kabila après avoir été élu à deux reprises et accuse par une frange de la population congolaise et de l’opposition qui l’accusaient de vouloir s’éterniser au pouvoir après l’expiration de son second et dernier mandat qui a expiré en novembre 2016, mais qui est resté au pouvoir après un arrêt de la cour constitutionnelle qui l’a autorisé à rester en fonction si l’élection présidentielle censée avoir lieu n’était pas organisée.


Par Fulgence RUKATA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here