Manque d’eaux/Nguba et Muhumba: « il ne s’agit pas d’une panne mais plutôt d’un sabotage technique »

0
228

Après six mois de carence en eaux, les habitants du quartier Nyalukemba précisément ceux de Nguba et Muhumba en commune d’Ibanda, ont organisé une marche pacifique, ce mardi 25 janvier, pour exiger le rétablissement de l’eau dans cette partie de la ville.

Ces manifestants ont à cette occasion accusé la Regideso d’avoir volontairement créé une panne qui est à la base de la carence eaux dans cette partie de la ville et qui aggrave le risque des maladies hydriques et de mains sales.

« Des sources fiables de votre entreprise nous renseignent que depuis un temps, vous avez supprimé le réservoir qui desservait Nguba par gravité et c’est ce qui a endommagé les deux pompes(…) Même si vous changez vos pompes, il n’y aura pas de solution. Pour nous, c’est tout simplement un sabotage technique. C’est une panne que vous avez créée de toutes pièces, et par ignorance, alors que vous avez de grands ingénieurs électriciens, hydrauliciens, comptés parmi les meilleurs de la ville et du pays » a affirmé Vincent Mukwege, un des organisateurs de cette marche.

Suite à cette situation, ces manifestants ont proposé à la Regideso de transiter l’eau par le réservoir pour n’est plus asphyxier les pompes qui n’ont plus où refouler l’eau qu’elles drainent du lac. Ce, afin que les habitants de Nguba et Muhumba soient desservis en eaux dans un délai de 48h, faute de quoi « nous allons réitéré nos interventions de revendication sous un rythme hebdomadaire, mensuel et d’autres stratégies plus coercitifs jusqu’à ce que nous ayons gain de cause »

De son côté le directeur provincial de la Regideso, après une tentative de fuite, a reçu le mémorandum et a rassuré que l’équipe est à pieds d’œuvre pour rétablir l’eau dans cette partie. Il a ainsi appelé les habitants de Nguba et Muhumba à la patience et à la tolérance.

Signalons que cette marche est partie du marché de Nguba jusqu’au bureau provincial de la Regideso où un mémorandum a été déposé.

Par Michel Methusula

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here