L’ONG la benevolecija apelle à une acceptation mutuelle entre les pays membres de l’EAC

0
164

L’ONG Benevolencija a, lors d’un dialogue transfrontalier tenu le mercredi 06 mars dans la salle Belvedere à Bukavu, appelé les pays membres de la Communauté de l’Afirque de l’Est (EAC) à une acceptation mutuelle en évitant toute sorte de stéréotypes afin de garantir le développement de cette Sous-région.

Ce, après l’adhésion de la République Démocratique du Congo dans la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC).

« Au moment où les structures sous régionals se renforcent, peut-on croire que l’entrée de la RDC dans l’EAC va contribuer au libre échange commercial et à la consolidation de la cohésion sociale en donnant les mêmes chances à tous sans discrimination d’origine, de la langue, de l’ethnie et ou/pays d’origine?”, telle était l’interrogation majeure qui a conduit ces échanges.

Baudouin Kaba, chef de projet de l’ONG la benevolecija et orateur du jour, pense que l’entrée de la RDC dans L’EAC est bénéfique pour la RDC et pour toute la sous région des grand-lacs qui a besoin de la paix, du progrès et du développement.

« cette intégration va permettre à la communauté d’échanger, d’entrer en contact les uns, les autres et de briser un peu les murs psychologique , et d’éviter même les stéréotypes » 

Pour sa part , Adrien Zawadi, Président du Bureau de Coordination de la Société Civile du Sud-Kivu, revient ici sur les inquiètudes par rapport àl’adhésion de la Rdc dans cette plate-forme.

“Nous congolais nous avons plus à craindre parce que nous ne sommes pas préparés convenablement par rapport à cette adhésion. Ça fait 20 ans depuis que cette communauté a commence, nous sommes le septième à adhérer donc le plus fort va survive. voilà pourquoi la RDC devrait s’organiser à l’interne : la sécurité , les infrastructures et assainir les climats des affaires les uns aux autres », a-t-il martelé

Contexte

L’ONG la Benevolencija, à travers son Projet M4D, veut créer un espace de dialogue communautaire bipartite entre le Rwandais de Rusizi et Rubavu et les Congolais de Bukavu et de Goma.

Les échanges de ce jour ont lieu dans l’objectif de créer un espace de dialogue communautaire qui facilite la population des zones frontalières de réfléchir sur comment l’intégration sous régionale peut contribuer à l’amélioration des conditions socio-économiques de façon inclusive, en facilitant aux immigrés et refugiés d’accéder librement aux importunités qui se présentent pour en fin dégager les recommandations conjointes.

Par Tecla Kahirho

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here