Les habits prêt à porter quasiment sans les marques congolaises

0
970


Se lancer dans le business du prêt à porter suppose connaître les rouages du besoin de paraitre, savoir être créatif, mais également savoir comment vendre ses créations. Le marché du prêt à porter congolais et surtout dans la ville de Bukavu où ce business est florissant mais sont peu de marques « made in Drc » qui s’imposent. Les avis divergent sur les raisons qui font à ce que les « made in DRC’ ne s’imposent pas dans le marché des prêt à porter.


Tandis qu’en République Démocratique du Congo, les gens sont aptes à s’habiller en Gucci, Dolce et Gabana, Nike, Adidas mais sont peu qui cherchent à porter les marques Caviar, Zed Kazuri, Oh Yeah..qui sont congolaises.


Et les commercants ou revendeurs de vêtements prennent de kilomètre pour aller en Chine et font fi de ces marques congolaises qui sont produits par les congolais.


Pour David Cika de « Kloch Fashion »: » Le pouvoir ne favorise pas ou ne rende pas tâche facile aux jeunes entrepreneurs (créateurs) de se distinguaient via le monde… »


Et à Fabrice Lubala de renchérir : » D’une part le pouvoir d’achat faible, le manque de publicité (pas d’informations chez les clients,…) ».


Tandis que Yuston Nessi, mannequin et propriétaire de la marque « Oh Yeah », les créateurs ne misent pas souvent sur la qualité, ce que aime le public et devrait aussi se faire connaitre eux même car la concurrence est grande par rapport aux grandes industries qui ne prennent que les marques connues.


Comment Commercialiser sa marque dans un laps de temps?


Votre Magazine vous propose des astuces afin de permettre à votre marque de trouver sa place dans les boutiques de vente de vêtement.


Bien connaitre son projet est la principale batterie à mettre en marche: quelle ligne de prêt à porter voulez-vous mettre sur le marché, à qui souhaitez vous vendre, vos produits seront de gamme ou respectifs?

Allez vous habiller les hommes ou les femmes ou les deux indifféremment? Quelle valeur souhaitez vous que le produit transcrivent… Autant des questions qui permettent de donner une identité à sa marque.


En second lieu, l’entreprise devra ouvrir un oeil attentif sur le marché. Il est important de savoir dans quel contexte allez vois travailler afin de cerner les tendances et de saisir les opprtunites qui se présente devant soit pour éviter également aussi les obstacles.
Pour y arriver, la créateur de la marque se trouve dans l’obligation d’aller voir ses potentiels clients, qui qu’il soit: particulier, magasin de détail ou fournisseur, revendeur,etc… Garder un oeil sur la motivation qui les pusse à se procurer tel ou tel vêtement.


Ensuite, il est récompensé aux créateurs de marque, de se rapprocher des plates formes de la mode qui nourrissent régulièrement d’études d’actualités de leur secteur.


Par ailleurs, lancer sa marque et la commercialiser demande de s’entourer des personnes compétentes. Choisir des personnes de confiance qui sont capable de vous apporter un soutien de poids, non seulement dans l’art mais aussi dans la comptabilité et le marketing.
Commercialiser sa marque va dépendre de plusieurs facteurs: votre expertise, le coût de la production, le type de vêtement, la quantité de produits, vous pouvez aussi commencer avec une petite audience en développant votre entreprise lentement et en vous faisant remarquer sur le marché, les foires, les salons avant de vous ouvrirent aux boutiques. Par contre, n’oublier pas d’utiliser la présence sur internet.


Par Isaac Musharhamina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here