Journée de la Jeunesse : KJN fustige le faible budget alloué à l’éducation en RDC

0
54

La 20ème édition de la journée internationale de la jeunesse célébrée ce 12 Août 2019, met l’accent sur l’éducation de la jeunesse avec comme thème « Transformer l’éducation » Elle vise en rendre l’éducation plus pertinente, équitable et inclusive pour tous les jeunes. En RDC, l’accès à l’éducation de base est toujours difficile.C’est ainsi, l’organisation Karibu Jeneusse Nouvelle « KJN» regrette de l’enveloppe réservée au secteur éducatif congolais ne dépassant pas 1% du Budget national.

Dans un message dont copie nous est parvenue ce lundi 12Août 2019, Karibu Jeunesse Nouvelle (KJN) renseigne que  des millions d’enfant en âge de scolarité ne fréquentent pas l’école pour diverses raisons malgré la gratuité de l’enseignement primaire dans le pays décidée par le gouvernement depuis 2010.

Cette association fait ainsi allusion au rapport de la Coalition de l’Education pour Tous en RDC publié en 2017 et faisant état de 3,5 millions d’enfants de 6 à 11 ans n’ont pas d’espoir de s’assoir sur un banc de l’école, 7,3 millions de 16 à 17 ans sont également privés de scolarité, 18 millions ne sont pas sûres de demeurer à l’école par le fait que ce sont les ménages qui supportent à 73% la charge de l’éducation.

Face à ces chiffres alarmants de l’accès à l’école, Karibu Jeunesse Nouvelle, se dit déçue de l’enveloppe réservée à l’éducation qui ne dépasse pas 1% du budget pourtant, l’Etat congolais mobilisait dans les années 60 26 à 30% du budjet nation à ce secteur.

A cet effet, KJN invite ainsi le gouvernement congolais de construire un système éducatif inclusif et de qualité qui contribue au développement national et à la promotion de la paix.Également, de respecter ses engagements pris avec l’ODD.

Aux organisations de défense de droits de l’éducation d’identifier les campagnes pour l’abolition de la prime.

En rappel, la RDC était parmi le pays qui comptait l’un des taux le plus élevés d’universitaires et qui a formé plus des «élites» d’Afrique mais actuellement, elle vit des heures sombres. Elle n’arrive pas à arrêter l’hémorragie.La belle époque a pris fin dans les années 1974.

Par MWEMA Joseph

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here