Enfin, Bukavu a son premier incubateur d’entreprises

3
1947

Ayant constaté que le vrai développement passe par l’émergence de la classe moyenne et que la réponse au chômage est la création des emplois. Une nouvelle génération des jeunes congolais pris par le souci du développement économique de la nation vient de lancer le premier réseau incubateur des entreprises dénommé « Orheol ». Ce dernier a ouvert ses porte à toutes les Start up ce vendredi 7 Septembre 2018. Dans le but d’en savoir d’avantage concernant cette structure, leurs objectifs, leurs manières de fonctionner, votre magazine a rencontré Ada Fatou Abdallah, Directrice chargé de finance d’Orheol.

Elle nous renseigne que Orheol est une association sans but lucratif de droit congolais dans la promotion de l’entrepreneuriat. Un incubateur qui va devoir apporter un appui aux entreprises. Ceci dans le but de leurs offrir des services tels que le coaching dans la création des entreprises, la formation continue, et aussi leurs offrir un cadre approprié de travail.

Madame Fatou Abdallah, Directrice chargé de finance d’Orheo

Plusieurs idées des entreprises jeunes logent dans les secteurs informels par peur des fiscalités, ainsi, Orheol va devoir accompagner les entreprises dans la création de leurs entreprises en leurs encourageant de se mettre en règle avec la loi congolaise.

À cette fin, une entreprise naissante pourra avoir une formation sur les principes de base de l’entrepreneuriat et pourra bénéficier d’un appui afin de développer son plan d’affaire.

Outre, l’entreprise incubée profite des  divers formations afin de renforcer ses capacités pendant une certaine période afin d’améliorer ses compétences.

L’incubateur propose aussi un cadre de travail approprié dans le but de permettre une localisation facile des entreprises incubées et leur placer dans le centre des affaires. Une entreprise qui a une adresse fixe est mieux prise au sérieux par rapport aux entreprises dite «  de poche » ou de «  chambre »  dont les acteurs se promènent avec documents dans une mallette.

D’autres parts, cette institution se présente comme un réseau des contacts internes et externes en connectant l’entreprise incubée avec d’autres entreprises mais aussi avec d’autres entreprises qui sont en dehors d’Orheol. C’est-à-dire que les entreprises incubées profitent aussi mutuellement de leurs expertises.

Pae ailleurs, l’incubateur assure un marketing intense des entreprises incubées afin qu’elles deviennent une référence sur le marché de production des services et des biens. Chaque entreprise sera placée sous la direction d’un «  Manager incubateur » qui va lui assurer un suivi permanent et ce dernier rend en retour compte au Conseil d’Administration.

Pour eux, l’entrepreneuriat voulu ne pas celui où la personne est un fardeau mais une solution aux problèmes du pays en terme des services innovants et des produits compétitifs.

Rappelons que ce vendredi 7 septembre 2018 a été une journée porte ouverte aux Start up qui ont reçu des explications nécessaires venant de l’équipe en place de Orheol tandis que ce samedi 8 Septembre, Orheol a ouvert officiellement ses porte. Son bureau est situé sur l’Av EP Lumumba dans la Galerie Bugugu.

Par Isaac Musharhamina

3 Commentaires

  1. Merci pour l’idée qui vient de naître mais la faire grandir est un défi majeur. Le problème ce que même l’incubateur en question doit aussi se développé en vue de bien accompagné les jeunes avec leurs idées.

  2. selon l’incubateur, c’est un défi. faut y croire, c’est ca un leader et un entrepreneur.
    je suis certain, que cela va booster tant soit peu le climat des affaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here