Eclairage public : les rues de la ville de Bukavu restent noires en dépit de la taxe de 1% sur les factures de la SNEL

0
893

La question de l’éclairage public dans la ville de Bukavu pose problème malgré la taxe de 1% instaurée par la mairie sur toutes les factures pour que la population prenne en charge et participent  à cette dépense. Dès lors la population paye mais ne bénéficie pas de la contre partie de cette taxe. Avec comme conséquence, des cas d’insécurité observés sur les artères principaux dela ville à cause de l’insécurité.

Pourtant, ce dossier a du réunir les forces  vives de la population,  la mairie et la société Nationale SNEL afin de converger les efforts ensemble car dit on : « l’obscurité tue, la lumière soigne », selon un dicton belge.

Il est plus facile de constater que les artères principales de la ville de Bukavu sont éclairées par les phares de véhicules. Curieusement  Il est encore simple de distinguer le soir la ville de Bukavu et la préfecture de Kamembe au Rwanda voisin juste en observant les lustres de l’éclairage public.

Certains habitants de la ville de Bukavu se plaignent de savoir comment vont-ils continuer à payer pour l’éclairage public alors que chez eux, ils restent des semaines entières sans électricité.

Pour la Nouvelle Dynamique de la Société Civile NDSCI : « ca fait très longtemps que la population paye la facture mais la SNEL ne tient pas en compte de la redevabilité de cette situation ». Martèle Jordan MUKE, rapporter Urbain de cet organe citoyen.

Dans le souci d’accompagner les deux institutions (la Snel et la mairie de Bukavu), la NDSCI leur avait réunit afin de savoir comment faire évoluer ce dossier mais la Snel leur avait envoyé à Kinshasa. Nous renseigne encore Jordan Muke.

Signalons qu’il a une année, la mairie de la ville de Bukavu avait promis de voir dans quelle circonstance palier à cette situation de l’éclairage public afin que la population puisse en profiter. 

Par Isaac  Musharhamina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here