Covid-19 : L’Afrique moins infectée mais plus affectée !

0
112

Le continent se retrouve devant une situation chaotique, pourtant avec les moins des cas positifs sur l’échelle planétaire. Pendant que les pays les plus touchés au monde sont entré de revenir à la vie normale, suite aux effets positifs de la vaccination, l’Afrique se resserre et se barricade toujours ne sachant pas comment se dédouaner de cette crise.

Les nouvelles vagues s’annoncent encore dans certains pays, ayant négligé la vaccination, les variantes du virus avec leurs mutations sont devenues la crainte sur le continent, contraignant les pays à se fermer les frontières. Cette situation affecte déjà l’économie fragile du continent noir, dont la majorité de la population opère dans des structures informelles avec des jeunes entreprises parfois non enregistrées, et soumises à l’obligation d’ouvrir chaque jour pour pouvoir gagner.

Avec des bars, les restaurants des fortunes, des marchés pirates ; les africains sont contraints à des mesures de fermetures sans bénéficier d’aide publique pour y faire face.

S’il y a bien un continent qui ait le plus besoin de tourner la page du Covid-19, c’est bien l’Afrique ! Malheureusement pour y arriver, seule la vaccination a déjà démontré son efficacité dans d’autres pays qui ont été les plus contaminés et qui se débarrassent petit-à-petit des contraintes liées aux mesures de prévention contre le virus.

L’Afrique, n’a pas des moyens pour mettre sur pied son propre vaccin, et même si l’OMS a mis en place le programme COVAX pour aider ces pays pauvres de vacciner contre le Covid-19 ; certains Etats n’ont pas bien scruté cette opportunité.

Le Malawi a dû détruire les doses des vaccins qui ont expirés par manque des candidats, la RDC de même a dû remettre une partie de ses doses reçues gratuitement de l’OMS, l’Afrique du Sud a rejeté l’AstraZeneca le jugeant dangereux et moins efficace face à la mutation du virus qui circule dans ce pays de Mandela.

Le Rwanda n’a pas négligé la vaccination et se retrouve moins inquiète en interne, sauf qu’aucun pays africain ne peut prospérer en fermant ses frontières terrestres, en empêchant les mouvements migratoires. C’est ainsi que l’Afrique reste moins infectée mais plus affectée économiquement par le Coronavirus.

Pour sauver la situation, il va falloir que les dirigeants se réunissent pour prendre les mesures nécessaires afin d’appuyer et soutenir la vaccination.

Il faut bien sensibiliser les populations du continent sur le bien-fondé de cette campagne vaccinale, il faut écarter les doutes, et promouvoir l’importance de la vaccination, sans quoi le monde va se débarrasser du virus que l’Afrique ne saura pas endiguer et vivre dangereusement avec comme c’est le cas pour la malaria et autres maladies virales qui se circulent sur le continent depuis des années.

Le covid-19 ne doit pas se réfugier en Afrique par crainte d’y incuber des mutations ou variantes qui vont réinfecter le monde à nouveau.

Le G7 l’a compris et vient de décider de débloquer 1 milliards des doses en faveur des 100 pays les plus pauvres. L’Afrique en compte 54. Si chaque pays en reçoit 10 millions des doses et les utilise correctement, cela permettant à ceux qui se sont vaccinés de voyager par tous les moyens et permettre à l’Afrique de s’ouvrir par les frontières terrestres et non pas seulement aérien. Ainsi pourra survivre le continent.

Bien évidement il faudra continuer à fournir des doses supplémentaires au continent noir, pour atteindre l’humanité collective. Les dirigeants doivent s’approprier cette vaccination et en faire leur priorité pour écarter le danger.

Editorial de Christian-Joseph Musenge

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here