Covid-19 : La RDC n’a plus besoin de l’Etat d’urgence mais des mesures préventives efficaces !

0
302

Un mois et 11 jours depuis que le pays a enregistré son premier cas positifs liés au Coronavirus, 5 provinces sur 26 sont touchées à ce jour avec 350 cas positifs dont 35 guéris et 25 décès. La majorité des cas et patients sont dans la capitale Kinshasa qui compte 338 cas, le Nord-Kivu 5 cas, le Sud-Kivu 4 cas, Ituri 2 cas et Kwilu 1 cas, Kinshasa est donc l’épicentre de cette épidémie du nouveau Coronavirus en RDC.

Le président de la République a proclamé l’Etat d’urgence sanitaire depuis le 24 mars dernier et qui doit prendre 30 jours conformément à l’article 144 alinéa 4 de la constitution et pourrait être prorogé par l’assemblée nationale et le sénat, saisis par le président de la république pour un délai de 15 jours supplémentaires.

Il est également prévu dans le même article 144 de la constitution, que cet état d’urgence peut concerner une seule partie du territoire de la République ou sur toute la partie du territoire nationale. Kinshasa étant donc l’épicentre du covid-19 en RDC, pourrait voir l’Etat d’urgence prorogé et le reste du territoire peut continuer à appliquer les mesures de préventions en observant scrupuleusement les gestes barrières pour empêcher l’éventuelle contamination.

Cela se justifie par le souci de préserver la santé économique fragile du pays.

Avant le covid-19 la monnaie nationale se changeait au taux de 1720 FC pour 1$US et à ce jour, un mois plus tard, le taux de change est de 1900 FC congolais pour 1$us, une dépréciation qui se caractérise par l’incertitude des marchés dont les opérateurs économiques ne savent pas le comportement à suivre pour la suite des évènements. La crainte règne sur le marché, avec la flambé des prix causé par les difficultés de transport et d’acheminement des produits. La rareté n’est pas encore la mais ne tarderait plus à s’afficher

Le pays dont les ressources financières proviennent généralement des minerais, devait maintenant agir en conséquence pour éviter une grande famine dont les conséquences seront incalculables.

Les petits commerces comme restaurants, bars, cafés, et discothèques ont arrêtés depuis le 19 mars dernier, la plus part locataire des lieux de leurs activités et dépendant des recettes de chaque journée ouverte. Ces entrepreneurs sont entrés de perdre leurs chiffres d’affaires et pourraient en cas de prorogation de cet état d’urgence, tomber en faillite, pourtant nombreux congolais exercent ces genres d’activités pour leur survie économique.

La grande majorité de l’économie congolaise est centrée sur l’importation, la plus part des sociétés ne saurait fonctionner longtemps avec les mesures de fermeture des frontières et aéroports, tant pour la RDC mais pour l’ensemble de l’Afrique, il faudrait une solution au sein de l’union africaine pour autoriser les sociétés de transports du frets aériens, maritimes et terrestres à reprendre les activités, même si les frontières peuvent fermer pour les mouvements (voyages) des personnes, qu’elles ne le soient plus pour les marchandises de tout genre.

Il est évident que la RDC, à elle seule ne saurait pas s’en sortir même si elle autorisait que toutes les activités reprennent, car les échanges entre pays se bloquent de part et d’autres, ce qui nécessite une solution concertée au niveau régionale avec l’Union Africaine, pour envisager la solution commune, tout en luttant efficacement contre le Coronavirus, que les économies des pays ne se dégradent pas pour longtemps, au risque majeur de ramener l’Afrique a une extrême pauvreté, qu’elle était déjà entré de combattre avec des actions prometteuses.

Le parlement Congolais va-t-il proroger l’Etat d’urgence sanitaire pour l’ensemble du pays ou pour les 5 provinces touchées seulement ? Et pourquoi pas pour la seule ville de Kinshasa ?

Sauf pour Kinshasa qui est en isolation avec les restes des provinces, on note la limite de la propagation du covid-19, sur l’ensemble du territoire national. Les provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu, de l’Ituri et de Kwilu n’ont pas enregistré des nouveaux cas supplémentaires, depuis l’annonce des premiers cas, il y a plus de 2 semaines et ces provinces enregistrent des guéris au lieu des nouveaux cas. Si les mouvements des personnes voyageant d’une province à l’autre pouvait rester restrictif, rien ne justifie plus encore la fermeture des écoles, églises, marchés, ou autres activités économiques dans certaines provinces qui ont fait plus d’un mois sans enregistrer un seul cas.

Les gestes barrières restent de mises, sur l’ensemble du pays et imposables à tout le monde, et aux personnes de plus de 60 ans ou atteintes d’une maladie chronique. Mais l’arrêt des activités sur l’ensemble du pays ne se justifie plus ! Il faut revoir donc les mesures en isolant toujours Kinshasa et les provinces touchées, pour relancer les activités dans les provinces non touchées et sans gravité pour une période de 14 jours afin d’évaluer la nécessité de reprendre définitivement le fonctionnement normale du quotidien des congolais qui vivent en majorité en dessous du seuil de la pauvreté, avec des familles qui vivent avec moins du dollar américain par jour et qui doivent travailler au quotidien pour pouvoir manger demain.

La balle a été soumise au parlement par Felix Tshisekedi, Président de la République qui vient de faire la demande de prorogation de l’état d’urgence sanitaire.

A titre d’exemple l’Allemagne pays hyper-riche (comparé à la RDC) dont elle est la première économie de l’union européenne, vient d’autoriser la reprise des activités des petits commerces, malgré ses 147 062 cas positifs dont 84 717 guéris et 4 862 décès. Ce pays compte toujours 57 483 cas actifs dans ses hôpitaux, mais opte pour le de confinement progressif !

Le Hong-Kong touché depuis janvier 2020 n’a pas décrété l’Etat d’urgence sanitaire, ni confiné la population. Toutes les activités économiques du pays fonctionnent bien et à trois mois déjà de l’épidémie, il compte à ce jour 1 026 cas positifs dont 630 guéris et seulement 4 malheureux décès ! Donc 392 cas restent actifs en Hong-Kong. La différence est que dans ce pays ; le port de masque de protection et le lavage des mains ou l’observation des gestes barrières sont scrupuleusement imposés à toute la population. Le PIB par habitant de Hong Kong est de très loin (voir 10 ou 15 fois supérieur) en le comparant à celui de la RDC

Tribune de  Christian Joseph Musenge

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here