UNPC/Sud-Kivu : La loi sur la liberté de la presse nécessite une révision !

0
184

Instituée sous le régime dictatorial  du maréchal Mobutu, la loi n° 96-002 du 22 juin 1996  fixant  les modalités  de l’exercice de la liberté de la presse en République Démocratique du Congo  présente  en ces  jours  des dispositions  qui ne  s’adaptent  pas au  changement politique observé au pays par l’avènement de  la Démocratie.  Ainsi  des journalistes se retrouvent  exposer  à la poursuite  dans l’exercice  de leur  profession  par manque de protection  légale efficace.  Dans le souci de faciliter aux journalistes  la collecte, le traitement et la  diffusion  des informations, l’Union Nationale de la presse du Congo section du  Sud-Kivu  plaide  pour la révision et l’adaptation cette  loi  aux  réalités  actuelles du métier de journaliste en  vue  d’une  liberté  de presse  effective.

Sous un tableau quasi sombre, selon lequel le pluralisme et l’indépendance de la presse ont réellement existé pendant la colonisation et éclipsée avec l’arrivée au pouvoir de Mobutu, c’est seulement vers la fin de son règne que la presse congolaise a amorcé un chemin difficile de reconstruction sur le plan du fonctionnement et de sa réhabilitation auprès du public.

Mais curieusement  les journalistes congolais se retrouvent exposer aux délits de presse car ne disposant pas des textes légales qui assurent leurs protection dans l’exercice de leur profession suite aux généralisations et imprécisions contenues dans cette loi qui devraient protéger les journalistes congolais.

A croire le professeur docteur Adophe Kilomba  Sumaili, la loi sur la liberté de la presse ne protège pas les journalistes congolais suite à son inadaptation à la réalité actuelle de la presse et au changement observée dans le système  politique congolais. Pour lui, cette loi merite une révision pour faciliter aux journalistes la tache dans la liberté et le respect des textes légaux

 

« Les journalistes doivent être prudent dans l’exercice de leur profession pour ne pas tomber dans le délit de presse vue la faible protection qu’accorde la loi n°96-002 du 22 Juin 1996 fixant les modalités de l’exercice de la liberté de la presse en RDC. »  indique-t-il  lors d’un atelier de formation des journalistes sur les mécanismes de protection en période électorale tenue à Bukavu

 

Signalons que l’Union Nationale de la Presse du Congo et des organisations de protection des journalistes mènent des plaidoyers auprès du parlement congolais pour obtenir la révision de cette loi et la dépénalisation des délits de presse pour assurer l’exercice libre et indépendant de la profession de journalistes en RDC

 

Par LONI Irenge Joe

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here