L’hospitalité : Devoir ou privilège ?

0
692

Pour exercer l’hospitalité, nul besoin de diplômes particuliers. Tout chrétien est équipé pour le faire… à condition de ne pas placer la barre trop haut ! Réflexions tirées du livre La  « façon la plus simple de changer le monde »  l’hospitalité chrétienne, » un mode de vie » (éd. Farel).

L’hospitalité. S’agit-il d’une pratique plutôt en rapport avec un hôtel-chambres parfaitement rangées et cuisine raffinée nous laissant avec un sentiment d’impuissance car notre maison ne sera jamais prête à accueillir de cette façon ?

Ou bien l’hospitalité se rapproche-t-elle davantage de la notion d’hospice, qui s’inspire d’un amour pour les étrangers et dirige ainsi nos pensées loin de nous et vers ceux qui sont dans le besoin, pour les secourir et leur faire du bien ? Ou bien encore s’agit-il du concept d’hôpital qui, quant à lui, évoque quelque chose de vital, d’important, voire d’urgent, car là s’affrontent la vie et la mort.

Quelle que soit notre vision de l’hospitalité, remarquons d’une part que dans notre société de plus en plus frénétique et déconnectée, les gens aspirent à une relation profonde. D’autre part, la pratique de l’hospitalité donne aux chrétiens l’occasion de montrer ce qu’est l’Evangile et procure un moyen de changer la culture. Mais pourquoi est-ce si difficile d’aborder la pratique de l’hospitalité ?

Notre espace personnel

Notre maison est notre « abri personnel », dans lequel nous investissons et que nous gardons précieusement. Nous nous enfermons parfois chez nous parce que c’est là que nous nous sentons en sécurité. Et pour certaines, nous aimons avoir la paix afin de « recharger nos batteries », surtout le week-end ou après une journée de travail.

Pourtant, l’hospitalité peut nous aider à maintenir une relation saine envers nos possessions, puisque nous les mettons à la disposition de Dieu pour ses projets.« un jour , ma femme est moi avions accueilli des autochtone, nous leur avons offert le repas et où passer la nuit ! » raconte, Edgard 36 ans

« Nous avons eu l’occasion de parler de notre parcours de foi. Ils ont été touchés. »

Voir Dieu agir dans notre propre maison, c’est une bénédiction dont nous n’aurions pas envie de nous priver ! Peut-être n’aimez-vous pas meubler les conversations ? Ecoutez l’histoire des autres. Tout le monde a une histoire. L’hospitalité montre aux gens qu’ils ont une valeur toute spéciale, et cela les transforme. Apprenez aussi à connaître vos voisins. Cherchez les personnes isolées, celles qui souffrent. Faites connaissance avec elles et découvrez leurs besoins. Nous avons besoin les unes des autres.

Des avantages imprévisibles

L’accueil des autres chrétiens est une façon d’exprimer concrètement que l’Evangile fait de nous une grande famille. L’accueil des non-chrétiens exprime le désir d’étendre aux autres l’invitation gracieuse que Dieu nous a adressée en Christ. Carienne l’a expérimenté lorsqu’elle a invité ses voisins pour un apéritif de Noël : « Je n’ai pas parlé de Jésus, mais je leur ai glissé un journal chrétien dans les mains quand ils sont repartis », se souvient-elle.

Si nous pratiquons l’hospitalité biblique et considérons nos maisons avant tout comme des outils au service de l’Evangile, alors il est impossible de prévoir ce qui peut arriver. Les résultats peuvent se faire attendre, mais Dieu réalisera ce qu’il a promis : il attirera des gens à lui au moyen du témoignage de ceux qui mettent leur intérieur au service de sa mission. C’est aussi simple que cela.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here