Jean-Marie Rhuhune: »Nous demandons au gouverneur Theo Kasi d’aider les personnes vivant avec handicap « 

0
161

Vivre ou naître avec handicap n’a rien de facile quelque soit le coin du monde où se trouve la personne. Les obstacles à surmonter sont multiples tout au long de leur vie, car le plus souvent, ils sont l’objet de la discrimination de la part d’autres personnes. Cependant, Jean-Marie Rhuhune, chargé de programme à la fondation NABOTHI, une structure chargée de l’encadrement des personnes vivant avec handicap et vulnérables plaide pour l’implication du Gouverneur Théo Kasi, en faveur de différentes organisations oeuvrant en faveur de cette catégorie de personnes.

Depuis plusieurs années, la personne vivant avec handicap éprouve des difficultés, compte tenu de sa vulnérabilité et ses préoccupations doit figurer parmi le défi auquel le pouvoir public devrait faire face dans la province du sud-kivu.

Pour Jean-Marie Rhuhune, sa structure oeuvre pour les bienfaits de la personne handicapée car elle éprouve d’énormes besoins à l’instar d’autres personnes comme l’éducation, l’emploi…

« nous organisons des formations de métier, en coupe et couture, savonnerie, cordonnerie aux personnes handicapées et les vulnérables comme les enfants de la rue, le veufs et veuves, les filles mères…afin qu’elles puissent être autonome et faire face aux défi de la vie quotidienne »a-t-il renseigné.

Quant à la question de savoir d’où proviennent les moyens de fonctionnement de son association, notre source renseigne que, ces moyens émanent de contribution de membres et des personnes de bonne volonté qui malheureusement ne comble pas les associations, étant donné que, les demandes s’accroîent du jour au lendemain:

« vous constaterez que nous avons quelques machine, pourtant les nombres des personnes handicapées et vulnérables est pléthore, d’où nécessité d’accroître les matériels »a-t-il ajouté.

C’est pourquoi, il interpelle l’autorité politico-administrative à la personne du gouverneur de s’impliquer personnellement en faveur des associations qui militent pour le droit de la personne vivant avec handicap :

« dans plusieurs états du monde les services sociaux mettent à la disposition du handicapée toute une série de moyens facilitant la vie de cette dernière ou attendant ces difficultés,curieusement au Congo, le service ne font que nous taxer, tout en n’ignorant notre lettre d’indulgence en qualité de personnes handicapées,c’est pourquoi nous espérons que le gouverneur doit s’impliquer en faveur de cette catégorie de la population en detresse« a-t-il conclut.

Par Fulgence Rukata.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here