Du Pakistan à la Chine : le scandale des jeunes chrétiennes victimes du « marché aux épouses »

0
133

Depuis 2015, un corridor économique (CEPEC) est établi entre la Chine et le Pakistan. Doté de 62 milliards de dollars, ce projet a des répercussions inattendues sur la persécution des jeunes filles chrétiennes au Pakistan. C’est le média ARY News qui a révélé l’horreur : dans un complexe, à Lahore, 6 femmes dont 2 jeunes filles de 13 ans attendent dans un centre de mariage illégal. Selon associed press, le « marché aux épouses » se développe depuis la fin de l’année 2018.

Des courtiers recherchent des pakistanaises à la demande de célibataires chinois. La promesse est financière. Asian Review parle de 400 000 roupies pakistanaises au mariage, soit plus de 2400 €, puis 40 000 roupies chaque mois, 240 €, et un visa pour un parent de la mariée. Du fait de leur situation économique déplorable, ce sont les jeunes filles chrétiennes qui sont les cibles prioritaires. Il serait également plus complexe pour les chinois d’épouser des jeunes filles musulmanes, car la loi pakistanaise exige que celles-ci épousent des musulmans.

Asian Review dénonce leur maltraitance dès leur arrivée dans ces centres, alors même qu’elles attendent la fin de la procédure administrative. Associated Press révèle la réalité qu’elles subissent ensuite en Chine :

« Une fois en Chine, les filles – le plus souvent mariées contre leur volonté – peuvent se retrouver isolées dans des régions rurales isolées, exposées aux abus, incapables de communiquer. »

Siasat, quant à lui, fait état des bannières déployées en bord de route à Youhanabad :

« Longue vie à l’amitié pakistanaise ! Attention, honorables chrétiens. Des propositions de familles méritantes, pauvres et bonnes sont nécessaires de toute urgence pour la Chine. La famille chinoise assumera tous les frais. L’éducation n’est pas un problème. »

Muqadas Ashraf fait partie de ces victimes. Âgée de 16 ans seulement, elle a été mariée par ses parents à un chinois. 5 mois plus tard, elle revient au Pakistan enceinte, cherchant un moyen de divorcer de son mari violent. Nasreen, sa mère, raconte qu’elle a été trompée :

« Je croyais vraiment que je lui donnais une chance de mener une vie meilleure et une vie meilleure pour nous. »

Fox News révèle la responsabilité de certains chrétiens :

« Les courtiers recherchent de manière agressive des filles pour des hommes chinois, allant parfois même en dehors des églises pour demander des épouses potentielles. Ils sont aidés par des religieux chrétiens payés pour cibler les parents pauvres de leur congrégation avec des promesses de richesse en échange de leurs filles. »

Aslam Augustine est ministre des Droits de l’Homme et des Minorités dans la province du Punjab. Il accuse le gouvernement chinois et son ambassade de fermer les yeux en délivrant des visas. Il explique :

« Il s’agit d’un trafic d’êtres humains. La cupidité est vraiment responsable de ces mariages … J’ai rencontré certaines de ces filles et elles sont très pauvres. »

Pour Dede Laugesen, directeur exécutif de Save the Persecuted Christians, les familles chrétiennes sont des « cibles faciles » :

« Les chrétiens au Pakistan ne représentent que 2% de la population. Ils sont appauvris et marginalisés. Se battant pour survivre, les familles chrétiennes sont une cible facile pour les courtiers d’épouses sur le marché noir. Le Pakistan et la Chine doivent faire davantage pour protéger ces filles vulnérables au trafic et à la vente pour un mariage contre leur volonté. Celles qui ont été passées en contrebande en Chine devraient être aidées à rentrer chez elles. »

De son côté, le Global Times of China évoque également les nombreuses vidéos de mariage entre chinois et pakistanaises sur l’appli Tik Tok. Il parle de la fermeture d’agences de mariage illégales dans la province du Shandong. Un porte-parole de l’ambassade de Chine au Pakistan a déclaré dans un communiqué :

« La Chine et le Pakistan adoptent tous deux la primauté du droit et s’opposent fermement au trafic d’êtres humains et à la vente d’organes humains. […] Les jeunes chinois et pakistanais sont victimes de ces agents illégaux. »

Le ministre chinois de la Sécurité Publique a envoyé un groupe de travail chargé de la coopération des forces de l’ordre avec la partie pakistanaise :

« La Chine va renforcer la coopération avec les forces de l’ordre au Pakistan, lutter efficacement contre la criminalité, de manière à protéger les droits et intérêts légitimes des deux peuples, et à protéger conjointement les relations amicales entre la Chine et le Pakistan. »

Avec i nfochretienne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here