Denis Mukwege prix Nobel de la paix au « Monde » : « Il faut une convention internationale pour éliminer l’usage du viol comme arme de guerre »

0
201

Depuis plus de vingt ans, le docteur Denis Mukwege, soigne les victimes de violences sexuelles. Son engagement, au péril de sa vie, a été récompensé par le prix Nobel de la paix en 2018.

Le gynécologue congolais appelle à des sanctions fortes contre les auteurs de violences sexuelles.

Invité du Forum Génération Egalité, un événement consacré aux droits des femmes qui se tient  à Paris du 30 juin au 2 juillet

 il réclame une mobilisation active de la communauté internationale afin d’éliminer l’usage du viol comme arme dans les conflits.

Depuis vingt-cinq ans, vous êtes engagé pour « réparer » les femmes victimes de violences sexuelles dans l’est de la RDC. Estimez-vous que leur condition s’est améliorée ?

Tant que je soignerai ne serait-ce qu’une victime, je considérerai que la situation ne s’améliore pas. La souffrance qu’on impose aux femmes doit s’arrêter. Ce matin, j’ai opéré en urgence une petite fille de 6 ans avec le rectum très abîmé à la suite d’un viol. Cela doit cesser. En RDC, l’usage du viol comme arme de guerre continue. Cette méthode s’est diffusée à la façon de métastases dans la société. Aujourd’hui, nous intervenons même dans des zones qui ne connaissent pas de conflit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here