CENI-RDC : Les Coulisses de la Publication des Résultats des Elections

0
985

Depuis un temps le mot ‘’vérité des urnes’’ apparut, toutes les couches de la population congolaise en parle ! Cette vérité cacherait le mot « Non à la victoire de Emmanuel Shadary » et oui à une victoire de l’opposition ?!

Le secret de la compilation des résultats est que ces derniers sont disponibles depuis le soir du 30 décembre 2018, car la Machine à Voter les transmettait directement après le vote de chaque congolais. La Commission Electorale Nationale Indépendante, devaient les communiquer le soir même du scrutin, sauf que l’aspect politique dont la nouvelle configuration politique du pays, demanderait un consensus pour rendre publics ces résultats.

Visiblement le Dauphin aurait perdu, nous confie une source anonyme membre du plénière de la CENI, le gagnant serait de l’opposition mais l’après élection ne devait pas diviser le pays, raison pour la quelle, la CENI gagne le temps pour permettre aux politiciens d’y penser et éventuellement se raccorder sur toute éventualité des résultats qui vont ouvrir un nouveau chapitre démocratique pour le Congo-Kinshasa. Ajoute notre source !

Sauf changement de dernière minute, les résultats seront rendus publics ce soir du mercredi 9 Janvier 2019, étant donné une avancée des négociations en coulisse entre politiciens.

Des négociations qui portent sur la place des anciens dirigeants de la famille politique de Kabila, et la place des nouveaux venus. Pour le contexte politique congolais, la publication des résultats ressemblerait un peu à une nomination consensuelle sur les candidats favoris. Ce qui témoigne définitivement que le retour au mode du scrutin à deux tours parait logique pour limiter les contestations post-électorales et renforcer la cohésion et l’unité nationale au tour d’un gagnant.

L’annonce de  la Victoire de Shadary le dauphin de Kabila avantagerait au pouvoir dans tous les sens d’égocentrisme :

  • S’il est contesté, le FCC serait prêt à annuler les résultats car ils resteront toujours au pouvoir pour une nouvelle transition.
  • S’il n’est pas beaucoup contesté, il faut que l’opposition soit majoritaire au parlement pour un partage équitable du pouvoir, ce que parait la piste souhaitée par le camp Kabila !

Le danger de l’élection de Shadary est qu’il soit contesté par tous les camps d’opposition et de la société civile, et que la communauté internationale décide d’intervenir militairement pour faire partir le régime actuel. Une guerre qui est engagée depuis des années et qui attend juste un prétexte pour se déclencher et dont la Belgique tire les ficelles !

C’est dans ce conteste que la CENI se prépare à la publication des résultats, dont son siège à Kinshasa est déjà militarisé, ses membres sous écoutes téléphoniques et la seule presse autorisée : la RTNC sont déjà sur place en attente de l’annonce de la CENI.

Corneille Nangaa va donc publier les résultats consensuels ou un hold-up électoral ce soir, selon qu’il lui sera demandé ! Mais il a aussi le droit et pouvoir jusqu’à la dernière minute de dire la vérité des urnes, sans dépendre des pressions politiques.

Décryptage de Christian-Joseph Musenge

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here