Bukavu : Faute de financement, le groupe Rubuye arrête les travaux sur la RN 29 tronçons Ruzizi 2- Major Vangu!

0
2191

Considérée  comme une route d’intérêt économique importante pour la province du Sud-Kivu car construite pour recevoir les camions poids lourds en provenance  des pays voisins en vue  de faciliter le commerce transfrontalier. Les travaux d’asphaltage  sur la route Ruzizi 2  en ville de Bukavu dans l’Est de la RDC sont en arrêt depuis quelques mois. Situation  qui occasionne un blocage des activités économiques  dans la ville  Bukavu,  qui dépend  des pays voisins  par l’importation des  différents produits alimentaires,du carburant et d’autres marchandises.

Pourtant, depuis le mois d’octobre 2016,  le Groupe Rubuye   a  remblayé la route  avant  d’évacuer les mottes de terre et de tracer les conduites en amont de la route  en vue de la construction  des caniveaux et en fin asphalter  cette dernière.

Mais curieusement les travaux  ont connu progressivement des arrêts suite aux différentes contraintes dont la libération lente des fonds destinés à la construction de  cette  route  et la dépréciation du franc congolais  observée  depuis   2017en RDC.

Cette situation est à la base des tensions  depuis quelques semaines  dans le chef des habitants de l’avenue Cihamba dans le quartier Ndendere en commune d’Ibanda qui  ont barricadé  cette  route le jeudi  23 Août  dernier pour  réclamer  la  poursuite et  la fin  des travaux de la construction   cette dernière

Alain Rubuye directeur du groupe lors d’un point de presse

En réaction à ce problème, Alain Rubuye, Directeur  General du Groupe Rubuye, affirme que l’exécution de ces travaux connait  des problèmes   suite à la faible mobilisation des fonds convenus  lors de la signature de la convention de partenariat Public privé entre cette Entreprise ,la province du Sud-Kivu  et le club des pétroliers à travers la Fédération des entreprises du Congo(FEC/Sud-Kivu)  par le versement dans le compte du Groupe Rubuye le 30 francs perçus  par litre  carburant importé  par les pétroliers

« ( ….) Notre société Groupe Rubuye signera en date du 24 Octobre 2016 avec la province du Sud-Kivu, un contrat pour les travaux d’asphaltage de la route nationale 29 B  tronçon Ruzizi 2 major Vangu de 2.7 Km pour un budget total de 6 278 474,39 dollars américains et une durée de 6 mois (…) Cependant avec la dépréciation du FC de +/- 40  observée en 2017 et ses répercussions  il y a eu impact sur le montant total collecte.Pour combler cette dépréciation le ministère national des ITPR à travers la signature d’un contrat de financement avec direction générale de l’office des Routes en date du 2 octobre »  indique Alain Rubuye responsable de cette entreprise lors d’un point de presse tenu à Bukavu

A cet effet, le groupe Rubuye fustige  le fait que les fonds prévues pour ces travaux  ne sont pas toujours  à sa disposition comme convenue  suite au faible taux d’encaissement de 30 francs congolais par litre à l’importation des produits pétroliers par rapport aux statistiques des importations au Sud-Kivu et le manque de liquidité à la CADECO Uvira  pour le financement  de la finalisation de ces travaux

« Etant donné les difficultés et contraintes énumérées ; la Direction du Groupe Rubuye avait adressé une correspondance, la direction  du Groupe Rubuye avait adressé une correspondance, Réf BKV/ADM/O79/08-18/GR/ADMIN, au maitre d’ouvrage, le club des pétroliers, FONER  et à la mission de contrôle de l’office des routes, pour signifier l’arrêt momentané des travaux pour faute de financement  » conclut-t-il

Néanmoins, le gouvernement provincial rassure que les négociations son encours avec cette entreprise pour la reprise de ces travaux en vue d’ouvrir cette route à la circulation et  contribuer ainsi  à l’exécution normale des activités économiques entre la ville de Bukavu et les pays voisins.

En rappel  dans l’ancien temps, des camions remorques étaient immobilisés sur cette route pendant une ou deux semaines toutes les fois qu’il pleuvait dans la ville car cette route devenait de plus en plus impraticable.

Par LONI Irenge Joël

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here