Spectacle enfant sucré à Bukavu : le décalage entre l’enfance du 20 et 21ème siècle en humour.

0
699

Vous vous souvenez sûrement de la belle époque où vous étiez enfant, la passion qui vous animiez, les actions que vous commetiez, les histoires de votre quartier, la manière dont vos parents vous traitiez,… Essayer alors de comparer votre enfance à celle de vos progénitures ou à celle des vos parents ou vos grands parents, vous trouverez un grand trésor dénommé :  » spectacle enfant sucré », un événement spectaculaire rempli d’humour que présente l’artiste congolais Joyeux Bin Kabodjo le 7 Avril 2019 au Collège Alfajiri.

Ayant été présenté en deux extraits, le public de Bukavu va profiter du spectacle au complet du fils de leur terroir qui peint en humour le décalage de l’enfance du 20ème par rapport à celle du 21ème siècle et de l’événement culturel qui éduque par le divertissement en riant du ridicule de la réalité.

Parmi les invités, se retrouvent deux icones de l’humour et un groupe musical.
L’un d’eux n’est plus à présenter, l’homme du spectacle hebdomadaire Cheka Ovyo Ovyo, Christian El Kabwe de Beni, qui lors de son passage à Bukavu en Novembre 2018 au Festival Zéro Polemik avait laissé une sensation dans les coeurs du public par sa prestation, tout en leur promettant de revenir très bientôt dans l’ex Constermance-ville.

L’autre, il s’agit bien du camerounais Charly Kems. Les habitant de Bujumbura sont bien habitué à lui, fort dans son franc parlé, libre dans ses actions, doué dans ma dance, le natif de Yaoundé revient aussi pour la seconde fois à Bukavu.

Pour mettre du piment dans la sauce, les ambassadeurs de la province du Sud-Kivu au festival International Amani de Goma, le groupe Nafsi Power mettent aussi à profit leur performance afin d’accompagner cet événement.

Outre, Joyeux Bin Kabodjo remercie la population du Sud-Kivu qui se ne cessent de l’encourager car toujours selon lui, il est le fruit de ce qu’elle a voulu.

Pour plus d’une personne, ses spectacles prouvent que la scène et le monde de la scène sont allés jusqu’à intégrer des veines dans un environnement où son entourage a aussi forgé sa carrière.

Notons que l’artiste Joyeux promet que même après le spectacle Enfant sucré, bientôt une soirée mensuelle du rire va être mis sur pieds et qu’aussi le festival Zéro Polemik, en sa seconde édition pourra tenir encore ses promesses.

Par Isaac Musharhamina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here