Agression De La Rdc Par Le Rwanda : Adèle Kayinda Et Les Chrétiens Déposent Un Mémo Aux Nations Unies

0
104

Rien, même pas le soleil de plomb de ce lundi 14 novembre, premier jour de la semaine, n’a pu dissuadé les milliers de chrétiens et croyants de la République démocratique du Congo, venus en masse répondre au message de la servante de l’Eternel, la Princesse Adèle Kayinda, qui a voulu relayer à sa manière la mobilisation générale décrétée par le président de la République, Félix Tshisekedi. Même l’interdiction de l’Hôtel de ville n’a pas empêché papas, mamans, jeunes et enfants, déterminés à déposer leur mémorandum à la représentation des Nations Unies à Kinshasa, pour manifester son ras-le-bol face au comportement de la fameuse communauté internationale.

Le rendez-vous était pris dans l’enceinte de la cathédrale du Centenaire protestant où, depuis les petites heures de la matinée, la servante de l’Eternel Princesse Adèle Kayinda s’est présentée, en attendant l’arrivée de quelques autres confessions religieuses et d’autres chrétiens qui avaient pris du retard.

Avant cette marche de colère qui a mobilisé beaucoup de gens, les messages véhiculés par les calicots et autres banderoles étaient plus qu’expressifs : « Nations-Unies. Stop l’hypocrisie. Levez votre embargo. Cette fois-ci pas de brassage ni mixage ». Sur une autre banderole, on a pu lire : « Les chrétiens congolais disent non à la balkanisation ». D’autres affiches étaient plus diseuses. C’est le cas de celle-ci : « Embargo achat d’armes. Nous congolais disons non à la duplicité, à la complicité et à l’injustice de l’ONU ». Présentes lors de cette marche de protestation, certaines entreprises du portefeuille, à l’instar de la Snel SA, ont eu un message plus que clair : « SNEL SA soutient nos forces armées de la Rdc ».

Au fur et à mesure que le temps passait, les chrétiens et croyants et d’autres congolais intéressés ne faisaient qu’affluer sur les lieux, en vue de porter leur voix à celle d’Adèle Kayinda, qui a abandonné tout le confort de ses bureaux climatisés du ministère du Portefeuille, pour soutenir le chef de l’Etat et à travers lui, les FARDC engagées dans la guerre à l’Est du pays contre le Rwanda à travers le M23.

C’est autour de 11h00 que le cortège kilométrique a pris le Boulevard Triomphal, en contournant le Palais du peuple pour déboucher sur l’avenue des Huileries. Disciplinés et ordonnés, les chrétiens et croyants venus de tout Kinshasa ont poursuivi leur marche jusqu’au niveau de la Regideso sur le Boulevard du 30 où ils ont trouvé un barrage où il y avait un dispositif policier important.

Sans se plaindre outre mesure et conscient du fait que certaines parties de la ville de Kinshasa ont été qualifiées de « zones neutres » où certaines activités politiques ne peuvent avoir lieu, les manifestants ont attendu jusqu’à ce qu’un groupe constitué de la servante de l’Eternel Adèle Kayinda, le Révérend Nkwim de l’ECC et d’autres confessions religieuses déposent le mémo aux Nations Unies.

Aux Nations Unies, ce fut encore une autre épreuve, d’autant plus qu’aucune disposition n’avait été prise pour accueillir ces officiels. C’est au regard de la pression populaire et après quelques coups de téléphone, que la délégation de la Princesse Adèle Kayinda va être reçue et déposer ainsi son mémorandum.

Deux principaux points du mémorandum

Agression De La Rdc Par Le Rwanda : Adèle Kayinda Et Les Chrétiens Déposent Un Mémo Aux Nations Unies
Politique
14 Novembre 2022Jean Marie Kambua
Rien, même pas le soleil de plomb de ce lundi 14 novembre, premier jour de la semaine, n’a pu dissuadé les milliers de chrétiens et croyants de la République démocratique du Congo, venus en masse répondre au message de la servante de l’Eternel, la Princesse Adèle Kayinda, qui a voulu relayer à sa manière la mobilisation générale décrétée par le président de la République, Félix Tshisekedi. Même l’interdiction de l’Hôtel de ville n’a pas empêché papas, mamans, jeunes et enfants, déterminés à déposer leur mémorandum à la représentation des Nations Unies à Kinshasa, pour manifester son ras-le-bol face au comportement de la fameuse communauté internationale.

Le rendez-vous était pris dans l’enceinte de la cathédrale du Centenaire protestant où, depuis les petites heures de la matinée, la servante de l’Eternel Princesse Adèle Kayinda s’est présentée, en attendant l’arrivée de quelques autres confessions religieuses et d’autres chrétiens qui avaient pris du retard.

Avant cette marche de colère qui a mobilisé beaucoup de gens, les messages véhiculés par les calicots et autres banderoles étaient plus qu’expressifs : « Nations-Unies. Stop l’hypocrisie. Levez votre embargo. Cette fois-ci pas de brassage ni mixage ». Sur une autre banderole, on a pu lire : « Les chrétiens congolais disent non à la balkanisation ». D’autres affiches étaient plus diseuses. C’est le cas de celle-ci : « Embargo achat d’armes. Nous congolais disons non à la duplicité, à la complicité et à l’injustice de l’ONU ». Présentes lors de cette marche de protestation, certaines entreprises du portefeuille, à l’instar de la Snel SA, ont eu un message plus que clair : « SNEL SA soutient nos forces armées de la Rdc ».

Au fur et à mesure que le temps passait, les chrétiens et croyants et d’autres congolais intéressés ne faisaient qu’affluer sur les lieux, en vue de porter leur voix à celle d’Adèle Kayinda, qui a abandonné tout le confort de ses bureaux climatisés du ministère du Portefeuille, pour soutenir le chef de l’Etat et à travers lui, les FARDC engagées dans la guerre à l’Est du pays contre le Rwanda à travers le M23.

C’est autour de 11h00 que le cortège kilométrique a pris le Boulevard Triomphal, en contournant le Palais du peuple pour déboucher sur l’avenue des Huileries. Disciplinés et ordonnés, les chrétiens et croyants venus de tout Kinshasa ont poursuivi leur marche jusqu’au niveau de la Regideso sur le Boulevard du 30 où ils ont trouvé un barrage où il y avait un dispositif policier important.

Sans se plaindre outre mesure et conscient du fait que certaines parties de la ville de Kinshasa ont été qualifiées de « zones neutres » où certaines activités politiques ne peuvent avoir lieu, les manifestants ont attendu jusqu’à ce qu’un groupe constitué de la servante de l’Eternel Adèle Kayinda, le Révérend Nkwim de l’ECC et d’autres confessions religieuses déposent le mémo aux Nations Unies.

Aux Nations Unies, ce fut encore une autre épreuve, d’autant plus qu’aucune disposition n’avait été prise pour accueillir ces officiels. C’est au regard de la pression populaire et après quelques coups de téléphone, que la délégation de la Princesse Adèle Kayinda va être reçue et déposer ainsi son mémorandum.

Deux principaux points du mémorandum

Dans ce mémorandum, les chrétiens et croyants conduits par la Princesse Adèle Kayinda fustigent deux faits : indignation face à l’attitude des Nations Unies qui se montrent complices dans l’agression rwandaise dans l’Est de notre pays. « Non seulement que l’Onu refuse de condamner avec effets le Rwanda, mais elle s’organise sans gêne de tromper l’opinion publique que la Rdc n’est pas sous embargo militaire au moment où les armes achetées récemment par le gouvernement congolais sont bloquées quelque part sur ordre du conseil de sécurité. Entre-temps, le pays qui nous agresse ne subit aucune restriction dans ce sens », indique le document déposé aux Nations unies.

Le deuxième fait, explique le même document, les Nations unies nous interdisent d’exploiter les blocs pétroliers et gaziers du moment où nos pays voisins font de l’exploitation du pétrole l’élément principal de leur croissance économique. « Puisqu’il en est ainsi, il est temps pour nous, chrétiens et croyants de la République démocratique du Congo d’agir pour notre indépendance effective car pour nous, ce pays nous a été donné par le Seigneur. Ce n’est pas par procuration que nous sommes Congolais et que nous habitions ce pays », explique le mémorandum.

Avec le Quotidien

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here