Rwanda: Ce que Paul Kagame n’a pas réussi à faire et le danger que ça représente!

17
206

Sans revenir sur l’ouverture démocratique, et la réconciliation nationale des Rwandais dont les anciens dignitaires du régime de Juvénat HABYARIMANA qui sont tous en exil depuis plus de 20 ans, le monde se refuse aussi de se voiler la face pour ne pas saluer le progrès économique, sécuritaire, sanitaire, éducationnel, l’accès à l’énergie, le logement, bref sur plusieurs aspects et secteurs de la vie nationale d’un État, le Rwanda est un bon élève en matière de la bonne gouvernance, si on ne doit que tenir compte des chiffres présents sans analyser leurs impacts et résultat de l’avenir. Les économistes savent bien qu’un développement n’est pas seulement un résultat temporaire, mais solidement souhaité c’est un résultat parrain! Le cas du Rwanda est que la gouvernance de Paul Kagame parait un résultat éphémère d’après les analyses appuyées par des chiffres sur l’avenir allant d’une période de 20 ans.

Actuellement le pays des milles collines, compte en 2018 près de 12,089,721 d’habitants selon les données officielles publiés sur le site officielle de l’institut des statistiques du Rwanda http://www.statistics.gov.rw/publication/size-resident-population, repartie sur une superficie de 26.340 Km2 qui est la superficie totale du pays entier. Alors qu’en 1998, le Rwanda comptait 7,06 millions d’habitants, on peut donc estimer avec raison que d’Ici 20 ans le Rwanda court un grave et terrible problème démographique, qui aura des conséquence sur son agriculture avec la recrudescence de la carence en terre, pourtant la richesse naturelle et réelle du Rwanda réside en son agriculture, avec un sol vide en matières minérales dédié uniquement à la culture champêtre, malgré avoir était proclamé en 2000 premier producteur du coltan.

En 2038 le Rwanda comptera entre 15 et 20 millions d’habitants et sa superficie restera toujours le même, soit 26 340 Km2.

Alors qu’adviendra le Rwanda en 2038?

  • Des routes en bon états
  • Du courant électrique desservit sur l’ensemble du pays
  • De l’eau à toute la population
  • Un transport en commun accessible à toute la population
  • L’accès aux soins médicaux et à l’éducation assuré….Mais…
« Soudain viendra la famine avec la rareté de la nourriture suite au manque des terres pour cultiver et alimenter les plus de 15 millions des populations attendues d’ici 20 ans chez Paul Kagame! »

Le président Rwandais est-il conscient de cette situation OUI, sérieusement il ne pense qu’à cela, se voit applaudit pour ses progrès mais en même temps il craint pour l’avenir de l’empire qu’il est entré de bâtir sous son nom. En observant clairement sa politique actuelle visant, le renforcement de la coopération diplomatique pour entretenir des bonnes relations avec tous ses voisins d’Afrique et du Monde.

Des mesures comme les suivantes récemment annoncées au Rwanda en diraient plus:

  • Fin 2017: Le Gouvernement Rwandais annonce la suppression des Visa aux ressortissants africains et même certains asiatiques qui peuvent désormais séjourner au Rwanda pendant une période ne dépassant pas trois mois;
  • En 2016: Le Rwanda renforce sa coopération avec l’Ouganda, et le Kenya dans le cadre du corridor central qui autorise à leurs habitants de séjourner dans ces 3 pays uniquement en présentant leurs cartes d’identités pour citoyens, donc pas besoin du passeport ni un document migratoire quelconque.
  • Dans cette même coopération; les étrangers résidents dans les trois pays précités sont aussi exemptés de se diriger d’un pays à l’autre sans y payer le Visa (cas des congolais vivant aux Rwanda qui ne payent plus le Visa pour entrer en Ouganda et au Kenya)
  • Élu président de la commission de l’Union Africaine; ses paires lui ont confié la mission d’étudier les reformes nécessaires pour le redressement de l’Afrique; ici l’idée de Paul Kagame est d’obtenir une vraie Union Africaine à l’instar de l’Union Européenne, dont les Africains peuvent circuler d’un pays à l’autre sans payer des Visa! Si cette reforme marche et qu’elle soit approuvée Paul Kagame respirera à nouveau sans s’inquiéter de la carence des terres qui menace son pays.
« Un problème qui était résolu par la Conférence de Versailles en 1919. qui avait indexé, le Rwanda et le Burundi au Congo-Belge en un seul pays, tout comme bien avant, la conférence de Berlin de 1885 avait conclut dans la partage de l’Afrique de mettre le Rwanda et le Burundi ensemble sous l’appellation Ruanda-Urundi »

Plus tard le fait d’avoir accordé l’indépendance au Rwanda et au Burundi reconnus comme 2 États Souverains, c’est fût une erreur, qui vient de rattraper le Développeur Acharné d’Afrique Mr Paul Kagame, qui a tout tenter pour faire face à la menace que représente la croissance démographique de son pays.

Le Rwanda comparé à Zanzibar, et même le Burundi, devraient rester attachés au Congo-Belge pour subsister, cette piste est toujours à table, mais d’une autre manière appelée dans le nouveau jargon « balkanisation » le Régime de Kigali cherche sans espoir comment obtenir la balkanisation d’une partie de la RDC, le Kivu et cela pourrait bien aider à résoudre ce problème de carence des terres au Rwanda.

L’AFDL, le RCD, le CNDP, le M23, sont partis en RDC pour cette fin, mais ont tous échoués à obtenir la balkanisation du Grand Kivu, riche en Or, Coltan, Cassitérite, et autres minerais, mais bien plus encore potentiellement riche en sol agricole et d’une superficie de 257.073 Km2 soit 10 fois plus grand que le Rwanda, avec une population estimé à 14.760.000 Habitants en 2015. La question des vaches avec des éleveurs Rwandophones, retrouvés récemment dans la province du Kwilu en RDC, ces affrontements répétitifs entres militaires Congolais et Rwandais se disputant les limites frontalières peuvent renchérir cette analyse éditoriale de votre Magazine.

Néanmoins si Jésus-Christ revenait cette année pour la fin du Monde, dans ce cas Paul KAGAME aurait réussi son plan de développement global de son pays, mais si on doit encore attendre plusieurs années avant la fin du monde, le Rwanda court un grand risque de la famine qui peut replongé ce pays dans une extrémité de la pauvreté, après tous les efforts consentis par ses dirigeants

Par Christian Joseph Musenge

17 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here